Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Philippe Salle quitte Altran avec un bon bilan

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le patron du plus grand groupe français d’ingénierie et de conseil en technologie Altran a annoncé son départ en avril prochain

Philippe Salle quitte Altran avec un bon bilan
Philippe Salle quitte Altran avec un bon bilan © Roger Viollet

L’ingénieriste français va-t-il à nouveau se retrouver dans la tourmente ? Les marchés semblent en tous cas ne pas apprécier le changement, faisant dévisser le cours de plus de 10%, ce lundi 19 janvier 2015. Philippe Salle,PDG du groupe depuis juin 2011, a en effet annoncé son départ en avril prochain. Il avait remplacé Yves de Chaisemartin, débarqué par le holding Altrafin Participations (contrôlé par le fonds Apax), l’actionnaire principal, sur un bilan insuffisant. Entre 2006 et 2011 Altran avait en effet décroché par rapport à ses grands concurrents Alten et Akka Technologies.

Philippe Salle,âgé de 49 ans, est ingénieur des Mines de Paris et titulaire d’un MBA de Kellogg School of Management (Chicago). Il a dirigé des groupes internationaux comme Geoservices ou Vedior pour l’Europe du sud, et a passé 7 années dans les métiers du conseil, chez Accenture et Mckinsey. 

Ouverture chinoise réussie

A son arrivée, Philippe Salle avait mené rapidement la revue stratégique réclamée par les actionnaires. Dans le but d’augmenter l’internationalisation du groupe, il prévoyait de se focaliser sur six pays européens : Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni et optimiser les pays secondaires, voire en quitter certains, Pays-Bas, Portugal… Il avait également prévu de pousser les feux en Chine et en Inde, des pays en forte croissance. 

Pour la Chine, c’est chose faite. Le groupe d’ingénierie a créé en 2013 une joint-venture avec Beyondsoft Corporation, une entreprise chinoise cotée à la bourse de Shenzhen, une JV tournée vers les systèmes intelligents. Pour répondre à ces nouvelles problématiques Altran a lancé au début de l’année 2013 une division " Intelligents Systems " comptant 3000 experts répartis sur 13 pays en Europe, aux États-Unis et en Asie. Il s’est également associé à Launch Automotive Design, un des leaders chinois du design automobile. Il détient 51% de l’entité créée, spécialisée dans le domaine de l’ingénierie mécanique et numérique pour l’automobile. 

Altran a également acquis il y a un an Foliage, une entreprise américaine du Massachussetts spécialisée dans le développement de produits à forts contenus logiciels, montrant qu’il ne négligeait pas les opportunités outre-Atlantique. Opérant principalement aux États-Unis et en Inde, celle-ci dispose d’un effectif de 500 collaborateurs. Il avait quelques mois avant pris le contrôle de Scalae AB, un spécialiste suédois du développement de produits dans les secteurs du design industriel, du génie mécanique, de la production électronique. 

Bon bilan financier

Croissance externe, recentrage sur certains métiers, Philippe Salle a remis rapidement le groupe sur les rails. Et la croissance a suivi : de 1,42 milliard d’euros en 2011, le groupe est passé à 1,63 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2013. 2014 devrait également aller dans le même sens. Au vu des informations actuellement en sa possession, la société confirme que la performance 2014 devrait s’inscrire en cohérence avec les objectifs financiers de son plan stratégique 2012-2015 et être en ligne avec les attentes du marché, indique le communiqué.

Le conseil d’administration d’Altran a chargé le comité des nominations et des rémunérations du groupe de la recherche d’un successeur. Plusieurs candidats sont d’ores et déjà identifiés, et la finalisation d’un recrutement sera réalisée dans les plus brefs délais, afin d’assurer une transition efficace associant le comité exécutif, annonce le même communiqué. Alors que Philippe Salle est annoncé chez Elior, un groupe de restauration collective, le conseil d’administration va devoir faire vite. Même en période de croissance, la bourse a horreur des vacances de pouvoir. 

Didier Ragu

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale