Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pierre Fabre teste un miroir connecté dans son nouveau Lab toulousain

Le groupe pharmaceutique Pierre Fabre lance à Toulouse, au sein de son nouveau concept-store, un miroir connecté. Co-développé en partenariat avec CareOS et Revieve, il permet de réaliser des diagnostics de peau personnalisés.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pierre Fabre teste un miroir connecté dans son nouveau Lab toulousain
Pierre Fabre teste un miroir connecté dans son nouveau Lab toulousain © Pierre Fabre

Un miroir connecté capable de réaliser en moins de 5 secondes des diagnostics de peau personnalisés. Une expérience nouvelle que le groupe pharmaceutique tarnais Pierre Fabre met à la disposition du grand public au sein de son nouveau concept-store toulousain. Baptisé Le Lab, ce nouveau lieu, inauguré à Toulouse en fin d'année dernière a pour vocation de devenir un lieu d’échanges et d’expériences pour découvrir autrement les marques dermo-cosmétiques du groupe Pierre Fabre et accompagner sa stratégie d'innovation.

 

Un nouvel outil qui se veut à la fois prospectif et participatif, pour décrypter les attentes des consommateurs. Le visiteur, accueilli et conseillé par une équipe composée de pharmaciens, de socio-esthéticiennes et de conseillères beauté, se voit proposer un parcours, dont les étapes innovantes et expérimentales, régulièrement renouvelées. Expositions, essais de produits ou de services en cours de développement, ateliers de co-création rythmeront l'agenda de ce nouvel espace dédié à l'innovation.

 

Fruit d'un partenariat avec la start-up parisienne CareOS et le finlandais Revieve

Présenté en avant première au CES de Las Vegas, le nouveau miroir connecté de la start-up parisienne CareOS offre une ainsi première expérience disponible au grand public dans le cadre d'un partenariat engagé avec la branche dermo-cosmétique du groupe pharmaceutique Pierre Fabre et avec une autre start-up, la société finlandaise Revieve. Le visiteur est invité à s'assoir face au miroir, dont la technologie développée par CareOS permet d'avoir une interactivité sans le toucher, juste à partir de mouvements de la main pour choisir et déclencher certaines fonctions qui s'affichent au fur et à mesure de l'expérience proposée.

 

Après quelques questions personnalisées sur l'âge, les habitudes de soins et les attentes du visiteur, le miroir connecté photographie son visage et établit une cartographie précise sur la base de 7 critères retenus : acné, rides, brillance, rougeurs, éclat, grains, taches. Le système s'appuie sur une solution de diagnostic développée par la société finlandaise Revieve, basée sur des techniques d'intelligence artificielle.

 

Le digital sur tous les fronts

Cette nouvelle expérience s'inscrit directement dans la stratégie digitale du groupe tarnais, qui multiplie depuis quelques années les initiatives. A son actif : le lancement d'un accessoire de massage connecté ou le développement d'un dispositif médical dédié au dépistage et au suivi médical des troubles urinaires en partenariat avec la start-up parisienne BioSerenity. Fin 2019, le groupe tarnais a aussi signé un nouveau partenariat avec la start-up strasbourgeoise HypnoVR pour accélérer le développement d'une solution d'hypnose médicale basée sur de la réalité virtuelle, en vue de déstresser les patients pendant leurs soins dentaires. "Nous travaillons avec une dizaine de start-up sur de nouvelles expérimentations, en vue de développer de nouveaux produits ou nouveaux services, mais aussi pour introduire de nouvelles technologies dans nos process industriels, pour en améliorer l'efficience", précise Géraud Mennu, responsable innovation digitale chez Pierre Fabre.

 

Depuis peu, la réalité augmentée a fait son entrée dans le site de production d'Avène (Hérault) pour accompagner les techniciens de maintenance dans leurs interventions et des réflexions sont en cours pour introduire des solutions IoT dans le suivi de flux logistiques. Le groupe Pierre Fabre, dont le siège est à Castres (Tarn), emploie 11 000 salariés dans le monde et a réalisé 2,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2018, dont 64% à l'international et 61% via sa branche dermo-cosmétique. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media