Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pierre Gattaz et Fleur Pellerin veulent une France high-tech qui "chasse en meute"

Lors de la soirée "French Tech" au CES de Las Vegas le 7 janvier, la ministre de l’Economie numérique Fleur Pellerin et le président du Medef Pierre Gattaz ont parlé d’une même voix pour vanter les success stories de la high tech "made in France".
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pierre Gattaz et Fleur Pellerin veulent une France high-tech qui chasse en meute
Pierre Gattaz et Fleur Pellerin veulent une France high-tech qui "chasse en meute" © Sylvain Arnulf - L'Usine Nouvelle

Union sacrée pour la French Tech. Réunis au Consumer electronics show (CES) de Las Vegas, la ministre de l'Economie numérique Fleur Pellerin et le président du Medef Pierre Gattaz ont choisi de mettre l’accent sur la France qui gagne. Le patron des patrons, prompt à critiquer l’absence de cohérence de la politique gouvernementale, notamment en matière de fiscalité, range ses armes au moment de vendre la France à l’étranger. Il préfère louer son "audace créatrice", son dispositif du crédit impôt recherche "parmi les meilleurs du monde", son administration "qui fonctionne bien", cette "terre d’accueil agréable à vivre".

"Une start-up République"

Fleur Pellerin, présente à ses côtés, ne peut qu’applaudir des deux mains. Elle prône l’union nationale pour soutenir l’écosystème de l’innovation. La ministre de l’Economie numérique rêve d’une "start-up République", veut créer un "esprit d’équipe" autour de la French tech. La France doit apprendre à "chasser en meute" comme peuvent le faire les Allemands, les Américains et les Chinois, ajoute Pierre Gattaz, adaptant au numérique le discours qu'il a toujours tenu sur les PME et ETI. La forte présence des Français au CES (90 entreprises au total, dont une vingtaine à l’Eureka Park, le pavillon des start-up) semble indiquer que le mouvement est lancé.

Patronat et exécutif main dans la main

Après le vœu de François Hollande de signer un "pacte de confiance" avec les entreprises, librement inspiré des propositions de Pierre Gattaz, l’exécutif et le syndicat patronal semblent parler encore une fois d’une même voix. Une union sacrée bienvenue alors que le "French bashing" resurgit dans la presse américaine après la publication d’un controversé article de Newsweek sur la prétendue "chute de la France". Le dynamisme de la délégation française montre que le déclin n’est pas pour tout de suite.

Sylvain Arnulf, à Las Vegas

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

Matou
08/01/2014 11h07 - Matou

C'est une bonne orientation. Toutefois, c'est dans l'ensemble des filières industrielles établies, à reconquérir et à construire qu'il faut chasser en meute et faire valoir nos atouts. La création de valeur et donc la richesse et l'emploi ne pourront venir que du développement économique qui nécessite une logique très offensive et collective.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

LFoundry
08/01/2014 10h41 - LFoundry

De beaux mots, certes... Mais pourquoi n'entend-on pas M. Gattaz, Mme Pellerin au sujet de LFoundry à Rousset. Si nous ne sommes pas dans l'innovation alors qui l'est ??? L'industrie de pointe est-elle un enjeu national ? Comment comprendre que nous nous rendions à ce point dépendants des Etats-Unis et de l'Asie pour produire les ce que nos belles start-ups mettront sur le marché demain ? C'est incohérent et regrétable pour nous tous.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media