Tout le dossier Tout le dossier

Pionnier du véhicule connecté, le français Valeo s’installe dans la Silicon Valley

Après une présence très remarquée au CES à Las Vegas en janvier, l’équipementier français Valeo poursuit sa plongée dans le monde des "consumer electronics" et ouvre un centre de veille en Californie, au pays d’Apple et Google.

Partager
Pionnier du véhicule connecté, le français Valeo s’installe dans la Silicon Valley

Historiquement installé à Détroit, le centre névralgique de l’automobile aux Etats-Unis se déplace de plus en plus au Sud, dans la Silicon Valley. A l’image de Ford et sur les terres de Tesla, Valeo a décidé d’installer une petite équipe à Palo Alto, en Californie. "Le centre ouvrira dans quelques semaines, avec quatre à cinq personnes au début", explique Marc Vrecko, directeur du pôle Confort et Assistance à la conduite de l’équipementier.

"Valeo veut s’installer au cœur d’un éco-système, étudier ce que les entreprises du secteur consumer electronics peuvent apporter à l’automobile", précise Guillaume Devauchelle, directeur de l’Innovation et du développement scientifique chez Valeo. L’équipe d’ingénieurs de Palo Alto aura principalement un rôle de veille, en participant à des incubateurs de start-up ou en approchant des entreprises innovantes. "Nous pourrons ensuite nouer des partenariats, grâce à cet accès rapide dans le domaine", poursuit Guillaume Devauchelle.

Bientôt des caméras de recul aux Etats-Unis

La stratégie de Valeo est de devenir un acteur incontournable de la connectivité des véhicules. "Notre objectif est d’arriver à la voiture autonome, nous travaillons aussi sur la voiture connectée, car l’un ne va pas sans l’autre, analyse Marc Vrecko. Voitures autonome et connectée demandent en plus des interfaces homme-machine beaucoup plus intuitives". L’équipementier s’appuie pour cela sur sa division Confort et Assistance à la conduite. Elle se concentre sur trois grands domaines qui recoupent de plus en plus les savoir-faire du numérique : le parking automatique et plus largement la sécurité active, les systèmes d'interface homme-machine et les systèmes de connectivité. En 2013, cette division a réalisé un chiffre d’affaires de 2,2 milliards d’euros et est devenue la plus profitable du groupe, notamment grâce à la production de caméras et de capteurs.

Ce succès ne devrait pas se démentir, avec l’ouverture permanente de nouveaux marchés. Dernier en date : la NHTSA, le département américain de la sécurité routière, a annoncé début avril que les caméras de recul seront obligatoires sur tous les véhicules neufs vendus aux Etats-Unis à partir de 2018. Cette décision vise notamment à limiter les blessures sur les enfants. Plusieurs centaines sont touchés chaque année par la voiture de leurs parents lors de manœuvres.

Pauline Ducamp

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS