Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pirate 3D parie sur le crowdfunding pour financer l’imprimante 3D la moins chère du marché

Pirate 3D a lancé le 30 mai 2013, une campagne de financement via la plateforme de crowdfunding Kickstarter pour développer son imprimante 3D. Pour cela la start up espérait lever 100 000 dollars de fonds, quatre jours après, plus de 520 000 dollars ont déjà été récoltés. Ce mécénat 2.0 pourrait être à l’origine de prix de vente bien en deçà des prix du marché.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pirate 3D parie sur le crowdfunding pour financer l’imprimante 3D la moins chère du marché
Pirate 3D parie sur le crowdfunding pour financer l’imprimante 3D la moins chère du marché © Pirate 3D

La start up, Pirate 3D, part à la conquête du marché de l’imprimante 3D en développant son modèle, la Buccaneer (voir vidéo ci-dessous). Son prix de vente pourrait bien devenir son principal atout, elle est estimée à 347 dollars soit 270 euros. Permettant d’imprimer des objets à 15x12x10 cm de volume, l’imprimante 3D de salon, devrait être la plus petite du marché et surtout la moins chère.

Pour financer ce projet, Pirate 3D a décidé de recourir au financement participatif à travers la plateforme de crowdfunding, Kicktarter. Pirate 3D espérait récolter 100 000 dollars jusqu’au 29 juin 2013 mais quatre jours après le lancement de la campagne en ligne, les dons s’élèvent déjà à plus de 520 000 dollars.

Le crowdfunding, la solution pour des prix plus compétitifs ?

Le système du crowdfunding, voie royale pour lancer de nouveaux produits et faire germer de jeunes pousses, permet, une fois le seuil du budget escompté atteint, de transformer les promesses de financement des internautes en dons effectifs. Lorsque la somme récoltée s’avère être bien supérieure à celle espérée, comme c’est le cas pour la Buccaneer, le prix de vente peut alors suivre la trajectoire inverse et baisser en conséquence.

Le crowdfunding peut donc proposer des produits à des prix compétitifs, sans nécessairement lésiner sur la qualité, c’est le pari qu’à fait Pirate 3D avec sa Buccaneer. Les premières imprimantes 3D low cost, dont l’utilisation était jusque-là réservée aux initiés, devraient être livrées dès le mois de décembre 2013.

Wassinia Zirar

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media