Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pitcher son idée de start-up en vidéo, ça peut rapporter... "100 patates"

Vidéo Le concours 100Patates propose de pitcher son idée de start-up. Pas besoin de compétences informatiques, l'inscription est ouverte à tous via une application de création de vidéo. L'objectif : buzzer sur les réseaux sociaux, pour tenter de remporter 100 000 euros.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pitcher son idée de start-up en vidéo, ça peut rapporter... 100 patates
Pitcher son idée de start-up en vidéo, ça peut rapporter... "100 patates" © 100patates

Suffit-il d'une bonne idée pour lancer une start-up ? Avec le concours 100Patates, l'aventure pourrait être aussi simple que cela. Lancée le 1er juin 2017, l'initiative a été imaginée par le start-up studio Appiway, basé à Lille, et l'accélérateur The Refiners, installé à San Francisco, aux États-Unis. À la clé: 100 000 euros pour développer son idée. Pour postuler, pas de présentation ennuyeuse à préparer, pas de questionnaires interminables à remplir. L'équipe a mis au point une application pour permettre à chacun de présenter son idée en vidéo : un format court, où l'on peut intercaler des extraits de films, et répondre à des questions décalées. Des entrepreneurs comme Frédéric Mazzella, fondateur de Blablacar, ont déjà montré l'exemple en publiant leur propre vidéo.

 

L'exemple en vidéo de Frédéric Mazzella

 

 

Chacun peut se lancer facilement: l'outil est accessible à tous, pour ne pas favoriser les pros du montage. "Nous voulions un format viral et très fun", explique Romain Sion, co-fondateur et dirigeant d'Appiway. Selon lui, "le plus important pour un entrepreneur est de savoir convaincre. Avec 100Patates, les participants vont devoir commencer par convaincre leurs amis." Les candidatures sont ouvertes jusqu'à la fin du mois. À l'issue de cette période, les 100 vidéos ayant reçu le plus de "J'aime" sur Facebook seront sélectionnées pour la suite du casting. Il leur faudra pour cela transmettre une présentation plus complète de leur idée. Là encore, pas besoin de talents littéraires : un gabarit à remplir sera mis à disposition des candidats.

 

des "patates" et de l'accompagnement

Parmi les 100 projets ayant franchi la première étape, 10 seront sélectionnés par le jury, composé de Romain Sion et de l'équipe de The Refiners. Le dynamisme et l'ambition feront la différence. La finale se jouera en septembre 2017, à Paris, où les participants présenteront leur projet sur scène. Le gagnant recevra la moitié de la somme promise de la part de l'accélérateur de start-up américain, avec la possibilité d'accéder à leur programme pendant trois mois, au sein de la Silicon Valley. Le reste du prix sera fourni par Appiway : "Si le projet sélectionné n'en est qu'au stade de l'idée, nous assurerons une prestation de développement équivalente à 50 000 euros", précise Romain Sion. De quoi développer notamment une application pour différentes plate-formes. Si le gagnant est une jeune start-up, tout ou partie de la récompense pourra être payée directement.

 

Pour Romain Sion, le concours est comparable à un télé-crochet: "Je vois cela comme un divertissement où, dans le meilleur des cas, le gagnant du concours peut obtenir un grand succès." Appiway a déjà accompagné une dizaine de start-ups, dont certaines, comme Dejbox, Ouistock ou Visiotalent, sont parvenues à lever des millions d'euros. "Mais il est difficile pour un studio comme le nôtre d'amorcer une levée de fonds", explique le dirigeant. L'un des objectifs de ce concours est donc aussi d'attirer l'attention d'investisseurs sur les activités d'Appiway.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale