Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Polytechnique forme les professionnels au big data

L’Ecole polytechnique ouvre à la rentrée une formation courte pour les doctorants et salariés qui ont besoin de comprendre quelles belles opportunités leur ouvrent les big data. Les écoles d’ingénieurs et de management sont de plus en plus nombreuses à proposer des formations d’analyse des données massives.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Polytechnique forme les professionnels au big data
Polytechnique forme les professionnels au big data © Wikimedias Commons

"Nous avons une pression des entreprises, qui nous questionnent de plus en plus sur ce que propose l’Ecole polytechnique sur les big data", explique Frank Pacard, directeur de l’enseignement et de la recherche à l’X. Pour répondre à leur demande, Polytechnique ouvre, en octobre 2014, un parcours baptisé "Data Science Starter Program"*. "C’est un programme d’évangélisation, qui expliquera à des doctorants, post-doctorants ou salariés, tout ce qu’ils peuvent tirer de l’exploitation des données, dans leurs métiers et entreprises."

En deux jours de formation par semaine, les vendredi et samedi, pendant une dizaine de semaines, pas question de les transformer en data scientists. "Il s’agit plutôt de leur mettre un pied à l’étrier pour qu’ils sachent ce qu’ils peuvent demander à des professionnels de l’analyse de données, mathématiciens ou informaticiens, et comment le leur demander…", explique Frank Pacard. Pas de gros bouleversements sur le CV, donc, mais un certificat estampillé Polytechnique, tout de même. Des professionnels hospitaliers ou du marketing pourraient par exemple être intéressés, tout comme des chercheurs d’autres spécialités appelés à traiter une multitude de résultats numériques.

La grande école de Palaiseau ne part pas de zéro. Ses élèves peuvent déjà suivre un cours d’analyse des données en deuxième année, et dès la rentrée prochaine, ceux de troisième année spécialisés en informatique pourront suivre un parcours "Analyse des données". Les cours habituels de mathématiques appliquées (statistiques et probabilités) et d’informatique seront colorés "analyse des données". Surtout, l’école prépare l’ouverture prochaine d’un master 2 en partenariat avec Télécom ParisTech et l’ENSAE, sur les big data. Le tout s’appuyant sur les laboratoires de mathématiques appliquées et d’informatique de l’Ecole polytechnique.

Toutes les écoles s’y mettent

La formation aux big data est en plein boom. HEC vient d’annoncer l’ouverture d’une chaire "Big Data" en partenariat avec l’assureur Axa. Télécom ParisTech a ouvert à la rentrée 2013 un mastère spécialisé (bac+6) "big data : gestion et analyse des données massives" et inaugure ce 5 juin une chaire de recherche "Big Data & Market Insights", créée en partenariat avec Télécom Ecole de management. Il s’agit de la troisième chaire de l’Institut Mines-Télécoms consacrée à ce sujet. L’ISEP, école d’ingénieur du numérique, renforce ses formations en big data, en lien avec un laboratoire de l’école en pointe sur ces sujets. L’ENSAI, école de la statistique, ouvre de son côté un master international consacré au big data. A Grenoble, ce sont les deux grands établissements de la ville, Grenoble Ecole de management (par son école EMSI) et l’INP (par son école d’ingénieurs ENSIMAG), qui ont uni leurs forces pour ouvrir, à la rentrée 2014, un mastère spécialisé sur le big data.

Rien d’exhaustif dans ces exemples, tant se multiplient les cours d’analyse de données dans les écoles spécialisées dans le numérique. Il s’agit souvent d’une spécialisation, proposée en dernière année d’école ou juste après l’obtention du diplôme. Peuvent y prétendre les élèves formés à l’informatique et aux mathématiques appliquées. "Il leur faut aussi des compétences pluridisciplinaires, estime Frank Pacard (Polytechnique), pour pouvoir appliquer maths et informatique à des activités extrêmement variées."

Certaines écoles ne mettent pas en avant leur parcours big data parce qu’elles estiment que leurs étudiants pourront s’y mettre, puisqu’il s’agit surtout d’utiliser des maths appliquées et de l’informatique, qu’ils maîtrisent. Les professionnels actuellement impliqués dans l’utilisation des données massives n’y avaient jamais été formés. Ils ont bien dû improviser avec leurs connaissances, eux !

Cécile Maillard

*Candidatures à déposer avant le 18 juillet, 5000 euros les 140 heures. Consulter le programme ici.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale