Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Popchef lève 15 millions d'euros pour mettre les cantines d'entreprises à l'heure du télétravail

Levée de fonds La start-up française, qui avait démarré dans le secteur de la livraison de repas, s'est diversifiée pour créer une offre globale de restauration collective sans infrastructure coûteuse pour les entreprises.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Popchef lève 15 millions d'euros pour mettre les cantines d'entreprises à l'heure du télétravail
Popchef lève 15 millions d'euros pour mettre les cantines d'entreprises à l'heure du télétravail © PopChef

Avec des salariés en télétravail deux jours par semaine, le secteur de la restauration collective d'entreprise est durablement ébranlé. Elior, l'un des acteurs historiques de ce marché en France, a vu son chiffre d'affaires entreprises reculer de près de 16% lors de son dernier exercice annuel. Le groupe a encaissé une perte nette de 100 millions d'euros sur l'ensemble de ses activités, et compte notamment sur la livraison de repas pour se refaire une santé. Il a racheté Nestor, en avril 2021, dans ce but.
 

Frigos connectés et box télétravail

La livraison de repas aux entreprises, c'était l'activité de PopChef lorsqu'elle s'est lancée en début 2015, financée notamment par Elior. Puis la concurrence des nouveaux entrants, Deliveroo et Uber Eats, l'a obligée à pivoter. Après avoir licencié deux-tiers de ses effectifs, la start-up s'est repositionnée en élargissant son offre à la "cantine connectée". Elle emploie aujourd'hui une cinquantaine de collaborateurs. Ce mardi 31 mai, elle annonce une levée de fonds de 15 millions d'euros auprès de Meridiam Green Impact Growth Fund, Bourrelier Group, Céleste Management, et de l'ancien DG d'Elior Philippe Salle.

Face à la chute de fréquentation des cantines d'entreprises, PopChef leur offre des solutions pour réduire les coûts fixes de leurs services de restauration, plus flexibles et adaptées aux nouvelles habitudes de consommation : frigos connectés disponibles en libre-service à toute heure (déverrouillables avec un badge ou un smartphone), comptoirs, bars à salade ou à sandwich, box télétravail livrée à domicile sur laquelle s'applique la subvention du restaurant d'entreprise…

baisser les coûts fixes

Sans cuisine sur place, la start-up parisienne promet des coûts de fonctionnement divisés par trois. Elle s'engage par ailleurs sur des critères de développement durable : produits de saison, issus de l'agriculture durable et de circuits courts, consignes pour les emballages, embauche de livreurs en CDI, livraison en véhicule électrique, don des invendus…

La société, qui affirme être le numéro trois européen de la "cantine connectée", déclare avoir multiplié par trois son chiffre d'affaires sur les 12 derniers mois. Un nouveau départ pour la start-up, alors que dans son secteur d'origine, la livraison de repas, l'ancienne marque phare Frichti vient de se faire racheter par Gorillas.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.