Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pour Autovisual, le marché de l'automobile d'occasion n'est qu'au début de sa révolution big data

Autovisual, spécialiste de la data liée au véhicule d'occasion, juge que ce marché va être bouleversé par l'innovation technologique. Et peut-être par l'arrivée des GAFA dans le secteur. En attendant, il développe ses propres innovations.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pour Autovisual, le marché de l'automobile d'occasion n'est qu'au début de sa révolution big data
Pour Autovisual, le marché de l'automobile d'occasion n'est qu'au début de sa révolution big data © Autovisual

Les grandes manœuvres ont débuté dans le marché de la seconde main automobile. Les constructeurs ont débuté (tardivement) leur transformation digitale : PSA a par exemple mis la main sur Aramitauto en 2016, et de nouveaux pure players bousculent le secteur, comme Carvana et Autotrader.com aux Etats-Unis. Et selon Antoine Piombino, co-fondateur de la start-up française Autovisual, les géants du web ne vont pas tarder à arriver sur le marché. "On voit qu'Amazon pose ses pions, avec l'ouverture d'une section automobile en 2016. Google s'y intéresse aussi. S'ils se lancent vraiment, cela va bouleverser le secteur, re-distribuer les cartes et fluidifier le marché".

 

Le big data appliqué à l'auto

En attendant, des centaines de start-up tentent de disrupter le secteur. Autovisual, créé en 2015, ne vend pas lui-même de voitures mais agrège les données de multiples sites d'annonce (sur sept marchés européens et au Maroc) et en extrait des données qu'il vend à des professionnels du secteur. L'Argus, spécialiste de la cote automobile, est entré à son capital en août 2015.

 

Face à une concurrence redoutable, AutoVisual veut se distinguer par ses avancées technologiques en matière d'analyse de données. "Nous voulons garder cette longueur d'avance, explique Antoine Piombino. On veut proposer des fonctionnalités qui n'existent pas ailleurs". Le site permet de créer des recherches intelligentes combinant plusieurs critères. "Notre outil permet de classer les annonces en fonction de critères ultra-personnalisés. Notre algorithme donne un score statistique à chaque proposition et ne met en avant que celles qui collent vraiment aux critères établis". Les critères peuvent ainsi être classés par ordre d'importance et ce choix est pris en compte dans la présentation des résultats. Autovisual permet bien sûr de recevoir une alerte dès qu'une offre qui entre dans les critères tombe. Le moteur de recherche se veut neutre : aucun annonceur ne peut payer pour voir ses résultats mis en avant.

 

La start-up, qui compte sept salariés, veut se concentrer sur des pouvoirs prédictifs. Ses équipes vont lancer une fonction permettant d'estimer le potentiel d'évolution d'une côte automobile à six mois ou un à deux ans.

 

Site B2C, Modèle économique B2B

Tous ces développements technologiques ont pour but d'attirer les acheteurs que la plate-forme. Mais le modèle économique d'Autovisual est B2B : il se rémunère uniquement par la vente de données aux professionnels de l'auto. "On peut par exemple produire un panorama du marché pour un véhicule donné : où sont les exemplaires en circulation, quel est le prix moyen, où il y a le plus de demande", détaille Antoine Piombino. Il propose aussi des outils de gestion des annonces aux petits professionnels, comme les garagistes. Son fondateur juge que son expertise et l'accumulation de données depuis deux ans et demi lui donnent en avantage concurrentiel, et vont lui permettre de développer de nouvelles innovations nourries à la data.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale