Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pour calmer le jeu avec les hôteliers, Airbnb va collecter une taxe à San Francisco

Airbnb, la plate-forme web spécialiste de l’hébergement de particulier à particulier, commencera à collecter une taxe hôtelière de 14% auprès de ses utilisateurs cet été à San Francisco. Cette mesure pourrait être étendue à d’autres villes américaines.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pour calmer le jeu avec les hôteliers, Airbnb va collecter une taxe à San Francisco
Pour calmer le jeu avec les hôteliers, Airbnb va collecter une taxe à San Francisco

Le spécialiste de l’hébergement de particulier à particulier Airbnb calme le jeu aux Etats-Unis. Pour apaiser le lobby de l’hôtellerie, l’entreprise a annoncé le 1er avril qu’elle commencerait à collecter une taxe de séjour de 14% à San Francisco, dès l’été 2014. Cet impôt sera payé par les locataires des appartements ou des maisons louées via la plate-forme web, et sera reversé par Airbnb à la ville.

Cette mesure fait partie de "Shared City", un programme plus large qui vise à ce que "notre communauté paye sa juste part d’impôt" a déclaré David Hantman, qui gère la politique publique du site. "Nos hôtes ne sont pas des hôtels et la plupart des taxes n'ont pas été imaginées pour eux. Nous voulons aider à résoudre ce problème", a-t-il affirmé.

274 millions de dollars

Cette collecte devrait rapporter 274 millions de dollars à la ville de San Francisco en 2014, précise le site Tech Crunch. Elle pourrait être étendue à d’autres villes américaines, dont Portland, dans l’Oregon. Ce type de mesure n’est pour le moment pas prévu en France révèle Challenges, mais le système pourrait évoluer.

Le succès d’Airbnb, qui propose aujourd’hui 600 000 logements à louer dans 192 pays du monde, est regardé d’un mauvais œil par le monde de l’hôtellerie. Cela n’empêche pas la valeur de l’entreprise de crever le plafond : elle s’apprêterai selon le Wall Street Journal à lever environ 500 millions de dollars, et serait ainsi valorisée à 10 milliards de dollars.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale