Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pour la première fois, la FDA autorise une pompe à insuline automatisée pour les enfants

La Food and Drug Administration (FDA) vient d'autoriser la commercialisation aux Etats-Unis de la MiniMed 770G, une pompe à insuline intelligente qui peut calculer toute seule la quantité optimale d'insuline à injecter. Sa spécificité : elle s'adresse aux enfants âgés de 2 à 6 ans atteints par un diabète de type 1. Une catégorie d'âge pour qui la gestion de cette maladie auto-immune est compliquée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pour la première fois, la FDA autorise une pompe à insuline automatisée pour les enfants
Pour la première fois, la FDA autorise une pompe à insuline automatisée pour les enfants © Medtronic

La Food and Drug Administration (FDA), l'organisme en charge de réguler les médicaments sur le territoire américain, vient de donner son feu vert pour la commercialisation d'une pompe à insuline automatisée qui pourrait grandement faciliter la prise en charge du diabète chez les enfants. L'objectif est de minimiser les risques d'exposition aux épisodes d’hypoglycémie et d’hyperglycémie grâce à un modèle d'apprentissage automatique qui calcule la quantité optimale d'insuline à injecter.

Feu vert pour la commercialisation
L'agence américaine valide l'utilisation du système MiniMed 770G, commercialisé par l'entreprise américaine Medtronic, pour les enfants âgés de 2 à 6 ans atteints d'un diabète de type 1 (absence totale et définitive d'insuline). C'est le premier appareil de ce type à pouvoir être légalement commercialisé auprès des enfants de cette tranche d'âge, note l'agence dans son communiqué.

"Les progrès de la science, de la technologie et de la fabrication ont permis de faire de grands progrès dans le traitement et la gestion réussie du diabète de type 1, une maladie chronique qui met la vie en danger", s'est félicité le commissaire de la FDA, Stephen M. Hahn. "La FDA s'est engagée à promouvoir des politiques qui soutiennent le développement de nouvelles technologies basées sur ces progrès, et reste déterminée à contribuer à ce que le développement et l'expansion de produits qui peuvent améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cette maladie – qui peut avoir un impact particulier sur les enfants – soient sûrs et efficaces", a-t-il poursuivi.

Malgré ces bons sentiments, on note que le prix de l'insuline aux Etats-Unis n'a cessé d'augmenter au cours des dix dernières années et dépasse désormais les 300 dollars par mois. Des coûts injustifiés qui peuvent avoir (et ont déjà eu) des conséquences fatales.

Le 770G est la nouvelle version du MiniMed 670G, le premier distributeur d'insuline automatisé auquel la FDA avait donné sa bénédiction en 2016. Il possède plusieurs améliorations par rapport à son prédécesseur et est désormais compatible avec la technologie Bluetooth. Alors que le 670G ne peut être utilisé que sur des patients de 7 ans et plus, le 770G s'adresse à des personnes beaucoup plus jeunes. Il a été testé sur 46 enfants qui pendant trois mois ont porté l'appareil à l'intérieur et l'extérieur de leur domicile. L'étude n'a révélé "aucun événement indésirable grave et a montré que l'appareil est sûr à utiliser", note la FDA.

Reproduire les fonctions du pancréas grâce à l'IA
L'objectif de la pompe à insuline de Medtronic est de reproduire certaines fonctions du pancréas, organe responsable de la sécrétion de l'insuline. Le système comprend un capteur qui se fixe au corps pour mesurer les niveaux de glucose sous la peau, une pompe à insuline et un patch de perfusion connecté à la pompe avec un cathéter qui délivre l'insuline. Le capteur mesure le taux de glucose toutes les cinq minutes.

Grâce à l'analyse de ces données, MiniMed va pouvoir ajuster l'administration d'insuline soit en l'injectant soit en la retenant. Seule exception : les utilisateurs doivent demander manuellement des doses d'insuline pour contrer la consommation de glucides au moment des repas. A noter également que le 770G ne peut pas être légalement utilisé sur des malades de moins de 2 ans et chez les personnes qui ont besoin de moins de huit doses d'insuline par jour.

Les innovations pour les personnes atteintes de diabète ne cessent de se développer. Le but ultime est de concevoir un pancréas artificiel. Côté français, c'est la start-up grenobloise Diabeloop qui s'est positionnée sur ce marché avec le dispositif DBLG1. Bien qu'ayant reçu le marquage CE, ce système n’est toujours pas commercialisé. Le Strasbourgeoise Defymed travaille quant à lui sur ExOlin, un dispositif implantable sous la forme d'une poche en polymères de 8 centimètres de diamètre. Il contient des cellules productrices d'insuline permettant de réguler le taux de sucre dans le sang. La société de biotechnologies a lancé son premier essai clinique en mai dernier. Les premiers résultats seront connus dans 12 mois.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media