Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pour les Français, le numérique est un atout pour le travail et l'emploi

Enquête Pour les Français, interrogés pour Renaissance Numérique, les mutatons digitales ont une portée globalement positive sur l'emploi et le travail. Une majorité de Français soutient les propositions faites pour accompagner la transformation en cours, à une exception près : le revenu universel. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pour les Français, le numérique est un atout pour le travail et l'emploi
Le numérique, une chance pour le travail et l'emploi estiment les Français © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Et si les Français étaient beaucoup plus mûrs sur les mutations à venir que ne l’imaginent parfois les politiques anti-mondialisation et certains commentateurs qui, complaisamment, entretiennent l’idée d’un pays replié sur lui-même, inquiet de son avenir, aux habitants arc-boutés sur leurs situations.

 

Le numérique bon pour l'emploi 

L'étude (1) réalisée par le think tank Renaissance Numérique avant le premier tour de la présidentielle sur la perception des mutations numériques du travail par les Français révèlent des habitants lucides et pas vraiment inquiets. La preuve : plus de la moitié des personnes interrogées jugent que les technologies numériques ont plutôt un effet positif sur l’emploi en France (64,3% très exactement). Moins d’un quart des Français pensent qu’il a un impact négatif. On pourra considérer que l’étude comporte un biais puisque l’échantillon est représentatif de la population internaute résidant en France et donc qu’elle oublie tous ceux qui n’y ont pas accès. Si cela peut grossir les résultats, cela montre aussi la perception de ceux qui ont une idée même vague de ce qu’ils répondent. Ils connaissent le monde numérique.

 

A cet égard, les commanditaires de l’étude notent que, contrairement à une idée reçue, il n’existe pas de différence sensible dans la manière dont l’impact du numérique sur le travail est perçu en fonction des catégories socio-professionnelles.

 

Si on regarde l’impact du numérique sur le travail, on retrouve là aussi un relatif optimisme des internautes français. Pour 57,6% d’entre-eux, le numérique améliore plutôt la qualité du travail, quand seulement 5,5 % des répondants pensent qu’il le détériore et que 15,1 % estiment qu’il ne l’améliore plutôt pas.

 

Plébsicite pour la formation 

Qu’en est-il alors des mesures qui étaient proposées dans le débat présidentiel ? Là encore, les internautes français font preuve d’une assez grande maturité. Ils plébiscitent la simplification des procédures administratives liées au travail (considérée comme très pertinente par 47 % et pertinente par 40,1%). La formation aux outils numériques est elle aussi plébiscitée (respectivement par 39,4 % et 44,5 % des internautes interrogés). D’autres mesures comme le statut unique du travailleur indépendant, le droit à la déconnexion ou même la taxe sur les robots recueille une majorité d’opinions favorables, un score contrebalancé par les quasi 40 % qui la trouve peu pertinentes.

 

Parmi les mesures proposées par les candidats à la présidentielle qui ont été testées, seul le revenu universel n’emporte pas une majorité de suffrages le soutenant. L’idée qu'a portée Benoît Hamon ne recueille que 12,3 % d’avis très pertinents et 20,3 % de plutôt pertinents, quand près de 58 % pensent que cette mesure n’est pas pertinente (plutôt ou pas du tout).

 

Ces données confirment les résultats d’études précédentes qui déjà indiquaient que les actifs français sont globalement plutôt prêts à relever les défis posés par la transformation numérique qu’ils jugent plutôt positivement. Quand on voit à quel point le mot "ubérisation" est utilisée à longueur de journée pour traduire une réalité dégradée à laquelle il serait impossible d’échapper, les Français font preuve d’un jugement beaucoup plus balancé.

 

Pour lire l’intégralité de l’étude cliquez ICI

 

(1)    Note méthodologique : Étude en ligne réalisée avec le dispositif MédiaFit de Médiamétrie auprès de 1 000 internautes âgés de 15 ans et plus représentatifs de la population internaute résidant en France. La population de référence de l’étude (internautes 30 derniers jours de 15 ans et +) est établie à partir des données de l’enquête de référence Médiamétrie. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media