Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pour mieux la vendre, Kering va restructurer La Redoute

C’est une nouvelle restructuration de La Redoute, plus massive encore que celle de 2008, que prépare Kering. L’outil industriel de l’entreprise roubaisienne de vente à distance serait réorganisé, entrainant une suppression de plus de 700 emplois sur un effectif de 3 300 salariés
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pour mieux la vendre, Kering va restructurer La Redoute
La Redoute à Roubaix © Google Maps

Au cours d’une réunion, qui s’est tenue mardi 29 octobre au siège de l’union patronale Nord à Marcq-en-Barœul, le groupe Kering (ex-Pinault-Printemps-Redoute), représenté par Jean-Marc Duplaix, directeur financier, a annoncé aux syndicats les prémices d’un important plan de restructuration de La Redoute (Nord).

Selon les syndicats, Kering envisagerait d’externaliser son service de relation client qui emploie 180 salariés au siège social de Roubaix (Nord), et de filialiser l’ensemble de la logistique (un département employant 1 800 personnes). Cette dernière, implantée à Wattrelos, à quelques kilomètres de Roubaix, sur la zone d’activités de La Martinioire, regroupe, sur 250 000 mètres carrés, le cœur de l’activité industrielle de La Redoute : le stockage et la confection des colis, les expéditions, la gestion des retours ainsi que la société de messagerie Sogep.

Plus de 700 emplois concernés

A cette réorganisation, s’ajouterait un plan social visant à supprimer, de sources syndicales, plus de 700 emplois. "Ce serait plus important que le précèdent plan social de 2008 qui s’était traduit par la suppression de 672 postes", assure Jean-Claude Blanquart, délégué CFDT. A ce jour, La Redoute emploie 3 300 personnes dont 900 à l’étranger (contre 5 000 salariés en 2006).

Pour le groupe Kering, propriétaire de La Redoute depuis 1992, l’objectif de ces différentes opérations, est de préparer la vente de l’entreprise roubaisienne. La décision a été rendue publique il y a plus d’un an. Un premier nom de repreneur potentiel circule : selon le magazine Challenges, il pourrait s’agir du groupe spécialisé dans l’immobilier commercial Alteria-Cogedim (par ailleurs propriétaire du site Rue du Commerce), associé au fonds d’investissements anglais Opcapita.

Rendre la mariée plus belle

Désireux d’acter la cession de La Redoute avant la fin de cette année et de satisfaire aux demandes du repreneur potentiel, Kering pourrait injecter 300 millions d’euros afin de financer le plan social et plusieurs investissements dans l’informatique et la logistique. Cette décision, si elle se confirme, viserait également à calmer le vent de contestation des élus locaux menés par Martine Aubry, la présidente (PS) de la communauté urbaine de Lille Métropole.

Le groupe Kering ne publie plus aucun chiffre de sa filiale La Redoute depuis février 2012. Des estimations avancent un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros sur l’exercice 2011 et un déficit de 40 millions d’euros. Les différents sites web de la Redoute génèrent 88 % des ventes totales. Selon les données publiées par la Fédération des entreprises de ventes à distance (Fevad) pour le deuxième trimestre 2013, La Redoute se classe à la sixième place du Top 10 des sites de e-commerce les plus visités en France, avec une moyenne de 7,3 millions de visiteurs uniques par mois au cours du premier trimestre 2013 contre 14,4 millions de visiteurs uniques par mois pour Amazon, leader en France dans ce classement.

Francis Dudzinski
 

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale