Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pour mieux s'imposer, Huawei mise tout sur la photo avec le P30… et crée la surprise avec des lunettes connectées

Analyse Huawei a présenté ce mardi 26 mars 2019 à Paris son tout dernier flagship : le P30. Avec ce nouveau smartphone, le constructeur chinois se démarque une nouvelle fois sur la photo, avec des capacités et une qualité supérieures à celles de l’IPhone XS et du Samsung Galaxy S10. Surprise aussi : le lancement de lunettes connectées. L’occasion de faire le point sur la stratégie de la marque, notamment en France.  
mis à jour le 28 mars 2019 à 12H38
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pour mieux s'imposer, Huawei mise tout sur la photo avec le P30… et crée la surprise avec des lunettes connectées
Présentation du Huawei P30 le 26 mars 2019 à Paris © SMG
Ce qu'il faut retenir :
• Avec le P30, Huawei confirme son territoire de marque : la photo

• Le P30 Pro est équipé d'un quadruple capteur photo, dont un capteur ToF
• Lancement de lunettes connectées en partenariat avec Gentle Monster
• 15 milliards d’euros investis en R&D en 2018
• 206 millions de smartphones vendus en 2018
• N°3 des ventes de smartphone en France (avec près de 18% des parts de marché, GfK)
• Ouverture d'un flagship "Experience Store" près d'Opéra à Paris au 2e semestre 2019
• Ambition de 1 à 2 boutiques par pays en Europe


Il y a quasiment un an jour pour jour, Huawei présentait la série P20 au Grand Palais. Ce 26 mars 2019, la marque chinoise de smartphones revient à Paris pour présenter son tout dernier flagship : le P30, et son grand-frère, le P30 Pro. La keynote s’est déroulée au Paris Convention Center, à Paris Porte de Versailles. Moins prestigieux, mais avec la vue sur la Tour Eiffel… tout aussi symbolique.

 

Hasard du calendrier ? Au même moment Xi Jinping, le président chinois en déplacement en France depuis le 24 mars, débattait – entre autres de la légitimité de Huawei en matière de 5G – avec Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel et Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne. "Mais nous ne sommes pas ici pour parler des réseaux, lance Walter Ji, CEO Europe de Huawei Consumer Business Group, interrogé à ce sujet en marge de l’événement. Nous sommes là aujourd’hui pour parler du P30". Et sur ce sujet, le constructeur chinois veut clairement asseoir son leadership.

 

Réécrire les règles de la photo

Le thème de cette année est clair : "Rewrite the rules of Photography". "La photo, c’est notre territoire de marque. Maintenant, tout le monde dit qu’il a le meilleur appareil du marché, donc c’était important qu’on puisse faire des comparaisons pour montrer qu’aujourd’hui, l’expérience photo qu’on propose va au-delà de tout ce qu’il existe sur le marché", déclare François Hernandez, VP Sales de Huawei France, à L’Usine Digitale.
 

Sur scène, graphiques, tableaux et démos à l’appui, Richard Yu, CEO de Huawei Consumer business Group (CBG), s’est donc amusé à multiplier les comparaisons en termes de capacités photo avec les deux principaux concurrents du P30 Pro : l’iPhone XS Max d’Apple et le Galaxy S10 Plus de Samsung, plaçant systématiquement le smartphone chinois en tête.


Un quadruple capteur photo pour le P30 Pro

 


Sur scène, Richard Yu a multiplié les comparaisons avec les concurrents du Huawei P30 Pro, l'iPhone XS (1er à gauche), et le Galaxy S10 Plus (2e en partant de la gauche)

 

Il faut dire que Huawei n’a pas fait les choses à moitié. Toujours en partenariat avec Leica, le P30 est doté d’un triple appareil photo arrière, soit un objectif f/1,8 de 40 mégapixel, un ultra grand-angle (f/2,2) de 16 mégapixels, et un téléobjectif  (f/2,4) de 8 mégapixels. Il dispose d’un zoom hybride de 5x. Jusque-là, pas de grandes surprises...


C’est surtout pour le P30 Pro que Huawei est allé un cran plus loin avec un quadruple capteur à l’arrière, avec un objectif f/1,6 de 40 mégapixel, un ultra grand-angle (f/2,4) de 20 mégapixels, un téléobjectif périscopique (f/3,4) de 8 mégapixels permettant un zoom hybride de 10x,  ainsi qu’un capteur ToF (Time of Flight) qui offre de vrais atouts en termes de profondeur de champ.


En frontal, les deux smartphones bénéficient d’un appareil photo de 32 mégapixels (f/2,0), optimisé pour les selfies. Cette caméra frontale est intégrée à l’encoche en goutte d’eau. Un choix de la marque pour exploiter au maximum la surface de l’écran OLED, de 6,1 pouces, de 2340 x 1080 pixels, et de 6,47 pouces, 2340 x 1080 pixels pour le P30 Pro. Pour un tel design, la marque a revanche dû faire l’impasse sur la reconnaissance faciale en 3D, pourtant disponible sur le Mate 20 Pro. Côté reconnaissance biométrique, le Huawei P30 est néanmoins équipé d'un lecteur d'empreintes optique sous sa dalle tactile.


Une qualité photo encore améliorée

Huawei indique avoir réinventé son IA pour le traitement photo, avec une meilleure stabilisation pour créer un effet "silk water" qui stabilise et affine les éléments en mouvement, mais aussi avec de véritables performances en très basse luminosité. Sur scène, la salle plongée dans le noir, une démonstration en direct a permis de prendre un cliché dans l'obscurité d'une "dark room", puis d’en illuminer et d’en révéler les détails avec un résultat bluffant.

 

Un mode 3D et réalité augmentée perfectionné

Si le Mate 20 Pro embarquait déjà un mode 3D et réalité augmentée, le capteur ToF qui permet de prendre toutes les profondeurs de champ, apporte un cran supplémentaire. Sur ce point, Huawei combine donc sa technologie à celle de Google ARCore. Un nouvel avantage non négligeable. "C’est un pas supplémentaire par rapport au Mate 20 Pro", indique Arne Herkelmann, à la tête du portefeuille produit pour Huawei Europe et interrogé par L'Usine Digitale à l’issue de la conférence.


"Sur la partie réalité augmentée, il y a deux volets : cela permet de scanner un objet et de l’animer avec son téléphone, mais aussi de scanner un objet et de vraiment voir la taille qu’il va avoir [dans une pièce, par exemple], nous précise François Hernandez. Notre but est de pouvoir rendre cela accessible au grand public." Quant à la signature de partenariats, Arne Herkelmann comme François Hernandez nous indiquent que la technologie est "ouverte" et "à disposition".
 

Des performances maximisées

Côté SoC, la série P30 est équipée du Kirin 980 à 2,6GHz. Quant au système d’exploitation, elle dispose du dernier système maison EMUI 9.1 et d’Androïd Pie 9.0.

Huawei compte aussi se distinguer avec sa batterie. Le P30 Pro bénéficie d’une batterie de 4200 mAh contre 3650 pour la version "normale". Un bon niveau d’autonomie, donc. Sans compter le mode partage de charge qui permet de recharger d'autres appareils (smartphones, écouteurs sans fil, smartwatches, brosses à dent électrique, rasoirs…) toutes marques confondues. Les deux appareils sont aussi compatibles avec la recharge rapide ou "super charge" en USB-C et sans-fil qui permet de passer de 0 à 77% de charge en trente minutes.
 

Côté tarif, le P30 sera commercialisé à 799 euros, à partir du 5 avril 2019 (dès le 26 mars en pré-commande), tandis que le P30 Pro sera vendu à 999 euros en version 128 Go et à 1099 euros en version 256 Go.

 

Le lancement surprise de lunettes connectées

 

 

 

En toute fin de conférence, Huawei a créé la surprise avec l’annonce du lancement de lunettes connectées, en partenariat avec la marque coréenne de lunettes Gentle Monster. Ces lunettes, déclinées pour la vue ou pour le soleil, peuvent être commandées à la voix et prendre des appels téléphoniques "de manière simple et intuitive", selon le constructeur. "Aller dans le monde de l’optique est important parce que, lié à la réalité augmentée, c’est quelque chose qui arrive dans un futur proche. Aujourd’hui, c’est le premier pas, nous souhaitons encore explorer cela", détaille Arne Herkelmann.
 

Si le prix n’est pas encore connu, Walter Ji nous indique qu’elles seront commercialisées dès cette année pour la période estivale. Quant au mode de distribution et aux partenariats, "c’est encore un peu prématuré, répond François Hernandez à L’Usine Digitale. On n’en est pas encore là, mais on a vocation à travailler avec tous les partenaires de la distribution intéressés par le produit. Je ne me mets pas de freins particulier là-dessus : je serai ouvert à tous les types de partenariats."
 

S’imposer comme un leader technologique

Une chose est certaine : Huawei compte s’imposer comme un leader technologique. "On rentre par le bénéfice client. C’est vraiment ce qui permet de bâtir une marque et de rester sur la durée. Si on fait ça bien, les parts de marché, le classement mondial… ça suivra", assure François Hernandez. Et de rappeler les investissements à hauteur de 15 milliards d’euros en R&D en 2018. 

 

"Si l’on se projette un an en arrière, quand on a lancé le P20, ça nous a permis de changer de dimension. On a doublé nos parts de marché,  on a fait un bond, avec 12% des parts de marché du haut de gamme au niveau mondial aujourd’hui. On a également tous nos indicateurs de marque qui ont fortement progressé. Notre ambition est simple cette année, c’est de continuer cette progression", poursuit-il.
 

Une boutique près d’Opéra à Paris dès le second semestre 2019

L'analyse de Forrester
"Avec le P30 et P30 Pro, Huawei fait preuve d’un véritable leadership en matière d’innovation technologique en délivrant une expérience photographique incomparée. Pour s’éloigner encore plus de son état d’esprit de challenger et prendre davantage de parts de marché à Samsung, Huawei doit continuer à construire une personnalité de marque plus forte. Le choix de Paris cette année encore pour lancer ses smartphones haut de gamme est une façon d’illustrer un attachement à la mode et au design, mais Huawei doit encore délivrer une meilleure exécution marketing pour devenir une marque leader en Europe", assure Thomas Husson, Vice-président et principal analyste chez Forrester.
En France, Huawei a doublé sa part de marché du smartphone en an, à près de 18%, selon GfK, ce qui le place numéro 3, juste derrière Samsung et Apple. Mais le Chinois ne compte pas s’arrêter là. "De la même manière qu’on a 'cranté' avec le P20 l’année dernière, on veut cranter aussi cette année", ambitionne François Hernandez. 


Pour cela, au-delà des relations rapprochées avec les opérateurs et les distributeurs et des campagnes de communication avec son égérie Antoine Griezmann, Huawei compte aussi sur une vitrine physique. Un flagship ouvrira près d’Opéra à Paris "en deuxième partie de cette année", nous confie François Hernandez. Objectif : "montrer tout l’écosystème Huawei et renforcer l’expérience consommateur", abonde Walter Ji. La marque compte ainsi ouvrir une quinzaine de boutiques d’ici à 2020, avec un objectif d’une à deux boutiques par pays.


"Notre approche est centrée sur le consommateur", ajoute Walter Ji. François Hernandez complète : "Le smartphone, c’est le cœur de ce monde connecté, mais aujourd’hui cela va vraiment au-delà. Il y a vraiment un écosystème de marque, avec la montre connectée, les lunettes connectées… Même avec le PC."  Avant d'ajouter : "On a besoin de montrer au consommateur comment agissent ces écosystèmes. La façon la plus facile de le faire, c’est d’avoir notre propre Experience Store".

 

Le ton est donné. Reste à surveiller la progression des parts de marché. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

brice Festor
27/03/2019 14h22 - brice Festor

Si vous le saviez pas déjà huawei est déjà en tête pour les photos, marques brownlee avais déjà fais une sorte de tournois ou il faisait participer la communauté en montrant des photos prise depuis deux tel différent sans dire qui avais fais la photo et les gens devais choisir et le mate 20 pro à gagner tandis que Samsung eux avec le note 9 s'en son bien sortis mais appel c'est fais battre par un poco Phone et un blackberry donc voilà. Huawei a déjà la supériorité photographique

Répondre au commentaire | Signaler un abus

ALLAZ
27/03/2019 07h51 - ALLAZ

La stratégie de la marque en terme de bénéfice client peut faire rêver. J'ai acquis à l'international en 2015 un P7 Dual Sim (puisque celui commercialisé en France était verrouillé en simple Sim), et que c''était un des premiers Dual Sim 4G sur le marché. Avance technologique réelle, et son design est toujours aussi beau. Bilan du consommateur au cœur de la stratégie : pas de mise à jour d'Androïd disponible puisqu'il n'a as été acheté en France (mails du support Huawei France à l'appui), et la mondialisation du suivi du produit s'arrête aux portes de l'hexagone. Que le client avec des besoins et une vie internationale, qui agit mondialisé au quotidien comme le fait Huawei pour son propre business passe son chemin : il n'est pas le bienvenu. Bon produit : oui, je confirme. Bénéfice client au cœur de la stratégie client : encore un effort, Mr F. Hernandez et W. Ji.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale