Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pour structurer la LegalTech, France Digitale crée un groupe dédié

France Digitale, qui réunit près de 1 400 start-up et investisseurs français du numérique, a annoncé ce mardi 16 juillet 2019 la création d’un groupe réunissant les pépites françaises de la LegalTech. Objectif : faire émerger les start-up les plus prometteuses et structurer le secteur.
mis à jour le 17 juillet 2019 à 11H33
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pour structurer la LegalTech, France Digitale crée un groupe dédié
Pour structurer la LegalTech, France Digitale crée un groupe dédié © Pixabay

La French LegalTech se fédère. France Digitale a annoncé ce mardi 16 juillet 2019 la création d’un groupe dédié qui rassemble à date 24 entreprises du numérique spécialisées dans le secteur juridique. Dans un contexte de multiplication de start-up, auxquelles s’ajoutent un certain nombre d’entreprises déjà bien installées comme Lexbase ou Demander Justice, l’objectif est "de faire émerger des champions français dans ce secteur à très fort potentiel", rappelle France Digitale.

 

Dans un marché du droit estimé en France à 32 milliards d’euros par l’observatoire des acteurs économiques du marché du droit, et qui devrait atteindre 1000 milliards de dollars au niveau mondial en 2021, "l’émergence de champions français de la LegalTech capables de se développer et de s’exporter rapidement représente un vivier très important en matière de croissance et de création d’emplois", poursuit l’organisme. 

 

Devenir plus visibles aux yeux des investisseurs

Concrètement, France Digitale ouvrira ses portes et ses événements, comme le France Digitale Day, à ces entreprises. Déjà membre de l’association, la société Lexbase, foncée dans les années 2000 et qui édite un moteur de recherche juridique, se réjouit de cette initiative. "Nous nous croisons avec les autres entreprises du secteur, mais le fait de se fédérer sous l’égide d’une institution forte est essentiel. Ce n’est pas une autre start-up qui prend le lead", explique Fabrizio Papa Techera, Directeur Général Délégué de Lexbase. Autre avantage pour le dirigeant : "Cela va également permettre de donner une définition de la LegalTech. Nous sommes partis du constat que chacun avait sa définition et que cette dernière n’englobait jamais tout le monde".

 

Seront ainsi concernées toutes les entreprises du numérique utilisant les nouvelles technologies pour proposer de nouveaux services ou améliorer les processus de travail aux professionnels du droit et/ou aux justiciables - qu’ils soient particuliers ou entreprises ou administration - dans la mise en oeuvre de leur droit ou des droits des clients qu’ils représentent ou pour assurer leur conformité aux réglementations. "Cette définition a pour but d'établir un standard créé par les LegalTech pour ne pas laisser échapper la définition à d’autres parties prenantes. Cette définition juridique à vocation à être retravaillée de manière plus littéraire selon les supports et les messages", poursuit-il.

 

25 millions d’euros investis en France en 2018

"La France est numéro un en Europe en nombre de levées, d’entreprises, de salariés", estime de son côté Nicolas Bustamante, CEO de Doctrine, une start-up qui a levé 10 millions d’euros il y a un peu plus d’un an, et qui emploie aujourd’hui une centaine de collaborateurs. "La LegalTech est un secteur qui a vocation à devenir aussi fort que la fintech", ajoute le startupper. Autres bénéfices pour ces deux entreprises : devenir plus visibles aux yeux des investisseurs et être accompagnées pour se développer à l’international. 

 

En 2018, les investissements dans ce secteur ont atteint 25 millions d’euros en France. Aux Etats-Unis, ils s’élèvent à 1,6 milliard de dollars aux Etats-Unis. "La France a des atouts formidables pour devenir un leader en matière de LegalTech, ajoute Nicolas Brien, DG de France Digitale. Avec près de 160 entreprises, la France compte la plus grosse communauté de Legal tech en Europe, le deuxième pays européen, le Royaume-Uni, ne comptant lui que 47 LegalTech".

 

La liste des membres
Blockchainyourip, Call a Lawyer, Captain Contrat, Case Law Analytics, Demander Justice, Deepblock, Doctrine, EasyQuorum, ejust, Gino Legaltech, HyperLex, Jarvis Legal, LegalPilot, LegalPlace, LegalStart, Lexbase, Mon-avocat.fr, MyNotary, Seraphin, Softlaw, Visions, Votre Robin et WeChooze.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale