Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi Apple aurait poussé Foxconn à racheter Sharp ?

Vu ailleurs Analyse Selon un analyste, Apple aurait agi dans l’ombre pour favoriser l’acquisition de Sharp par Foxconn. Une manœuvre visant à sécuriser une source stratégique d’approvisionnement en écrans LCD et à préparer le basculement sur la technologie Oled.
mis à jour le 08 avril 2016 à 07H14
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi Apple aurait poussé Foxconn à racheter Sharp ?
Tim Cook, PDG d'Apple, aurait poussé Foxconn à racheter Sharp. © Le magit - Flickr - C.C.

Pourquoi Foxconn a-t-il déployé autant de moyens et d’énergie pour mettre la main sur Sharp, une entreprise en quasi-faillite financière ? Certes, pour Terry Gou, le président-fondateur du géant taiwanais de la sous-traitance électronique, qui convoitait le groupe japonais depuis 2011, cette prise constitue une revanche pleine de symboles. Mais au-delà des considérations personnelles, la vraie raison business tient dans un nom : Apple, qui aurait tout fait dans l’ombre pour pousser Foxconn à prendre le contrôle de Sharp. C’est du moins ce que pense l’analyste Mark Ribben. Une thèse dont il explique les tenants et aboutissants dans un article sur le blog financier Seeking Alpha.

 

Sharp fournisseur clé d'Apple

Sharp joue un rôle clé dans la chaine d’approvisionnement de la firme à la pomme. Il en constitue l’un des trois fournisseurs stratégiques en écrans LCD aux côtés de Japan Display et LG Display. Foxconn est également le sous-traitant attitré de l’entreprise de Tim Cook pour la fabrication des iPhone, iPad et autres iMac. "Si Apple l’a poussé à racheter Sharp, c’est pour sécuriser cette chaine d’approvisionnement qui fonctionne aujourd'hui à merveille", écrit Mark Ribben.

 

Apple était affolé à l’idée de voir Sharp tomber entre les mains d’un grand concurrent comme Samsung qui avait proposé son aide au groupe japonais. Il voyait également d’un mauvais œil le plan de sauvetage concurrent du fonds souverain INCJ soutenu par le gouvernement nippon. Ce plan, qui prévoyait la fusion des écrans LCD de Sharp avec Japan Display, entrainerait la perte d’un fournisseur clé. Inacceptable pour Tim Cook.

 

Apple aurait pu racheter Sharp

"Le géant californien des mobiles ne peut assister sans réagir à la déconfiture ou la disparition d’un partenaire vital de sa chaine logistique", conclut Mark Ribben. Il l’a montré dans le passé en soutenant financièrement Sharp dans la conversion de l’une de ses deux usines à Kameyama, au Japon, de la fabrication de grands écrans LCD de télévision à la production d’écrans LCD de petit et moyen formats pour mobiles. Son concours financier fut estimé alors à 50 milliards de yens, l’équivalent de 445 millions de dollars.

 

Bien sûr, Apple aurait pu racheter Sharp. Il en a les moyens. Mais que faire d’un groupe présent dans une multitude d'activités, des composants électroniques jusqu’aux copieurs, en passant par la télévision, l’électroménager ou les panneaux solaires. "Ce n’est ni dans son intérêt ni dans ses habitudes de gérer des usines, note l’analyste. C’est pourquoi il a préféré passer par Foxconn, un autre partenaire clé de sa chaine logistique."

 

Incitations fournies à Foxconn

Apple n’entend pas contribuer directement au financement de la transaction. S’il le faisait, il serait obligé aux yeux de la règlementation de le déclarer aux autorités japonaises. Mais, toujours selon l’analyste, il aurait accordé à Foxconn suffisamment d’incitations pour compenser le surcoût de l’acquisition. Ces incitations peuvent prendre la forme d’une participation aux investissements en production ou de commandes d’écrans LCD sur une période de deux ans au moins.

 

Pour la firme à la pomme, ce serait aussi l’occasion d’encourager la reconversion d’une partie des usines d’écrans LCD de Sharp à la production d’écrans Oled en contre partie de la promesse de retenir le groupe japonais comme fournisseur au cas où elle déciderait de basculer sur cette technologie d’affichage en 2018. Foxconn prévoit d’ailleurs d’investir 1,8 milliard de dollars à cet effet. Apple se trouverait ainsi avec trois sources potentielles, sûres et stables d’approvisionnement en écrans Oled : LG Display, Japan Display et Sharp, exactement comme pour les écrans LCD aujourd’hui. Ce qui lui éviterait de passer par son grand rival Samsung, qui domine aujourd’hui cette technologie dans les mobiles.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale