Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi Blablacar rachète-t-elle Less, une application de covoiturage ?

Karos, Klaxit, Citygoo… les applications spécialisées dans le covoiturage courte distance sont nombreuses. Mais Blablacar, qui a récemment lancé sa propre plate-forme avec BlaBlaLines, a jeté son dévolu sur Less. L'équipe technique pilotée par le fondateur de Criteo Jean-Baptiste Rudelle et les briques technologiques développées par Less ont séduit le géant du covoiturage.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi Blablacar rachète-t-elle Less, une application de covoiturage ?
Pourquoi Blablacar rachète-t-elle Less, une application de covoiturage ? © Blablacar

Blablacar a annoncé vendredi 27 avril l'acquisition de Less pour un montant non précisé. Pourquoi le leader du covoiturage acquiert-il une start-up spécialisée dans le covoiturage urbain en temps réel ? Une technologie et une équipe meilleures que les autres ? C'est en tout cas ce qu'affirme à L'Usine Digitale Nicolas Brusson, cofondateur de Blablacar. "L'idée n'est pas de faire une consolidation" dans le secteur du covoiturage courte distance, explique-t-il, mais de racheter une technologie et des ingénieurs que Blablacar considère comme étant les meilleurs du marché.

 

Jean-Baptiste Rudelle, fondateur de Less

Fondée en octobre 2016, Less avait déjà surpris avec une première levée de fonds de 16 millions d'euros mi-novembre. Le nom de l'entrepreneur à l'origine de cette start-up n'y est sans doute pas pour rien et a aussi encouragé le rachat de Blablacar. C'est Jean-Baptiste Rudelle, connu pour avoir fondé Criteo en 2005, qui est à l'initiative de Less. Mais l'idylle est de courte durée puisqu'il laisse les rênes à Blablacar et retourne chez Criteo.

 

A ses côtés dans Less : Romain Niccoli (co-fondateur de Criteo), Florent Boutellier (dirigeant de Navx) et Francis Cohen (président du conseil d’administration de Sien) trouveront peut-être une place au sein de Blablacar. Et la vingtaine d'employés que compte la start-up, dont plus de la moitié sont des ingénieurs, sont intégralement repris par Blablacar.

 

Améliorer les applications de Blablacar

Au-delà de l'équipe c'est aussi et surtout des technologies qu'acquiert Blablacar. "Les briques technologiques développées par Less, que ce soit sur la géolocalisation des conducteurs ou la prédicitivité de leurs trajets, vont venir nourrir le développement de BlaBlaLines et le nouvel algorithme déployé sur Blablacar", explique Nicolas Brusson. Ce nouvel algorithme progressivement mis en place permet notamment aux passagers de trouver des trajets qui ne sont pas proposés par les conducteurs.

 

BlaBlaLines c'est la dernière-née de chez Blablacar. Une application de covoiturage courte distance, qui connaît actuellement une forte progression, notamment due aux grèves à la SNCF. Si pour l'instant Blablacar ne prévoit pas de reprendre l'approche en temps réel de Less, "la question se pose", assure Nicolas Brusson. Ce serait, à nouveau, un pas de plus vers le monde des VTC.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale