Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi Bosch crée une division Smart City en France

Bosch a annoncé la nomination de Franck Cazenave (précédemment en charge du véhicule autonome) au poste de directeur de Bosch Smart Cities France et Benelux. A l'occasion du Tech Day organisé le 8 juin 2017 à Mondeville, il a précisé à L'Usine Digitale ses ambitions pour cette nouvelle entité.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi Bosch crée une division Smart City en France
Franck Cazenave prend la tête de de la division Bosch Smart Cities France et Benelux © Bosch

Bosch accélère dans la smart city. Le groupe allemand vient de créer une entité dédiée, Bosch Smart cities, dirigée par Franck Cazenave pour la France et le Benelux. Ce spécialiste de la mobilité, auparavant en charge du véhicule autonome (et responsable innovation et marketing de Bosch France) va piloter le développement de nouveaux produits et services autour des transports, du bâtiment intelligent, de l'environnement… Pour une ville "smart" mais humaine. "La techno pour elle-même ce n'est pas suffisant, juge-t-il. Elle n'a de sens que si elle permet de résoudre les problèmes des habitants".

 

Parking intelligent

Bosch a déjà des technologies et produits utiles aux smart cities disponibles : capteurs pour l'automobile, système de vidéo-surveillance, système de gestion des bâtiments…. Il va en ajouter d'autres dans des domaines où on ne l'attend pas forcément. La gestion du stationnement, par exemple. Bosch envisage d'exploiter les données de capteurs embarqués dans des véhicules actuels pour développer des services de cartographie dynamique des places de parking vacantes. "Les radars de côté, qui permettent aux voitures de se garer toutes seules, pourront être exploités pour "scanner" la chaussée et savoir quels emplacements sont libres", avance Franck Cazenave. Un système déjà expérimenté à Stuttgart et Munich par plusieurs constructeurs automobiles et qui pourrait, pourquoi pas, être testé en France.

 

Des capteurs pour monitorer la ville

Plus largement, l'industriel allemand veut profiter de sa place de leader mondial sur le marché des Mems (Microsystèmes électromécaniques) pour développer de nouvelles familles d'objets utiles aux villes, comme des mini-stations de mesures du bruit ou de la qualité de l'air qui embarqueraient une panoplie de capteurs maison. "Il reste beaucoup de choses à développer pour monitorer les villes et en permettre une gestion plus transparente", explique Franck Cazenave.


Bosch devient donc un nouvel interlocuteur des collectivités territoriales, un type de clients qu'il ne visait pas forcément jusque-là. Il entend aussi renforcer sa R&D sur les sujets liés à la ville intelligente et sceller de nouveaux partenariats avec des universités et acteurs de la recherche. La société fait d'ailleurs partie des membres fondateurs de l'institut Megacities, que dirige Franck Cazenave, qui tiendra une conférence à Boulogne-Billancourt (92) le 27 juin 2017.

 

Les scooters électriques COUP arrivent à Paris en juillet
Après Cityscoot et Mober, un nouvel acteur se lance cet été sur le marché des scoooters électriques en libre-service à paris : COUP. Il s'agit d'une start-up interne de Bosch qui a développé le service à Berlin. 600 scoooters seront disponibles en "free-floating" (sans stations) dans la capitale début juillet. L'inscription et l'accès au service se feront sur une application mobile dédiée. Le tarif annoncé est de 4 euros pour 30 minutes de location. "La recharge des batteries se fera sur le site industriel Bosch de Saint-Ouen", annonce Franck Cazenave. "Il y a de nombreuses mutualisations qui font sens avec les autres activités de Bosch en France et en Allemagne".

 


 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale