Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi La Poste emmène 4 start-up de son accélérateur IoT à Slush plutôt qu'au CES

La Poste se rend au salon Slush 2019 de Helsinki avec quatre start-up de son programme d'accélération French IoT. Une première pour le groupe français, qui a choisit cette année de diversifier les salons sur lesquels il est présent. L'enjeux est de s'adapter aux besoins des start-up tricolores, qui affinent de plus en plus leur stratégie et visent plus finement les marchés sur lesquels elles entendent se lancer.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi La Poste emmène 4 start-up de son accélérateur IoT à Slush plutôt qu'au CES
Photo prise en juin 2019 lors de la révélation des jeunes pousses lauréates de la 5e édition du concours French IoT. © La Poste

La Poste emmène quatre start-up (voir encadré) de son programme d'accélération French IoT à Slush, un salon dédié aux jeunes pousses qui se tient les 21 et 22 novembre 2019 à Helsinki en Finlande. C'est une première pour le groupe, qui privilégiait jusqu'à présent le CES de Las Vegas, la grand-messe de l'électronique grand public, ainsi que Viva Technology, grand salon parisien créé en 2016.

 

Besoin de mieux cibler les salons selon les besoins

"On a constaté, mais cela concerne le monde des start-up en général, que la maturité des jeunes pousses est croissante et qu'elles affinent de plus en plus leurs opérations en fonction des secteurs géographiques, explique à L'Usine Digitale Vanessa Chocteau, directrice du programme French IoT de La Poste. Toutes les start-up ne sont pas dans une logique de commercialisation en Amérique du Nord". C'est pourquoi le groupe a décidé de diversifier les événements sur lesquels il se rend.

 

Si le CES et Viva Tech restent des incontournables, La Poste a sélectionné trois autres événements : Bpifrance Inno Generation (en octobre à Paris), l'IFA (en septembre à Berlin, Allemagne) et Slush. Pourquoi avoir choisit ce salon finlandais ? Vanessa Chocteau, qui parle "d'une première très réfléchie" évoque un salon "particulièrement intéressant" et "emblématique". "La Finlande est le pays le plus digitalisé d'Europe", ajoute-t-elle. Elle estime donc qu'il est important pour La Poste d'aller voir ce qui se passe là-bas. Surtout que Slush est particulièrement tourné vers la santé, les objets connectés et la cybersécurité, des thématiques au cœur du programme French IoT.

 

A la recherche d'investisseurs et de prospects

Spontanément, les 15 start-up du programme French IoT se sont réparties sur les différents événements. "Les quatre start-up se rendant à Slush ont un intérêt à se développer en Europe de l'Est et se posent beaucoup de questions sur la réalisation d'une levée de fonds pouvant intéresser des investisseurs hors du marché domestique français", explique Vanessa Chocteau. Des arguments confirmés par les jeunes pousses. Ce salon est plébiscité par Stimergy pour des choix de "prospection, de visibilité et de rencontres avec des investisseurs", explique son CEO Christophe Perron. Stimergy souhaite rencontrer des prospects qui pourraient héberger ses services sur leurs infrastructures ainsi que des investisseurs européens dans l'optique de réaliser une nouvelle levée de fonds.

 

ExactCure, qui a annoncé ce jeudi 14 novembre 2019 avoir levé 1 million d'euros auprès de OneRagtime, cherche aussi à se rapprocher des investisseurs afin de préparer un deuxième tour de table d'ici fin 2020. La jstart-up fondée début 2018 a aussi choisi de se tourner vers Slush en raison d'un "marché de la santé plus digitalisé dans les pays nordique qu'en France", ajoute le cofondateur Fabien Astic. L'occasion de démarcher des clients potentiels alors qu'ExactCure vient d'annoncer la signature de son premier contrat avec Vidal, spécialiste de l'information médicale pour les professionnels de santé. L'idée est d'intégrer leur solution dans le logiciel Vidal Sentinel, dédié aux professionnels de santé dans les hôpitaux.


Une préparation en amont de Slush

La Poste et les quatre jeunes poussent ne partent pas à l'aveugle sur Slush. L'équipe French IoT s'est rapproché de l'équipe Business France Finlande pour préparer le déplacement en amont du salon et caler l'accompagnement sur place. Informations sur les personnes se rendant au salon, liste des interventions importantes en plénières, noms des champions finlandais dans tels domaines, données sur l'organisation spatiale du salon…

 

L'objectif est d'avoir une vision panoramique de ce à quoi il faut s'attendre pour être plus efficace une fois sur place. La veille de l'événement, Business France Finlande va les accueillir et les préparer à travers deux séquences : une préparation au pitch pour les investisseurs et une rencontre avec l'incubateur finlandais Vertical.vc, qui pourra les mettre en relation avec des investisseurs. Car l'objectif reste d'établir des contacts, voire d'ébaucher des partenariats.

 

Les quatre start-up qui vont à Slush

 

- ExactCure (santé) : développe un jumeau digital qui simule l’effet des médicaments dans le corps du patient en fonction de ses caractéristiques personnelles (âge, poids, maladies chroniques…) pour l’aider à éviter les sous-doses, surdoses et interactions médicamenteuses.

- One Visage (cybersécurité) : développe une solution d’authentification de biométrie 3D faciale pour les transactions numériques.

- Southpigalle (services) : développe des assistants virtuels hyper-personnalisés, qui s’appliquent à l'ensemble des métiers de l'entreprise (équipes ventes, SAV, communication, formation…), afin de favoriser l'intelligence collective dans les entreprises.

- Stimergy (smart city) : propose une solution permettant de récupérer la chaleur produite par les serveurs informatiques et l'injecter dans les réseaux d’eau chaude d’un immeuble ou pour chauffer l'eau d'une piscine.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media