Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi le rennais Ama, spécialiste de la réalité assistée, veut s'introduire en Bourse ?

Fondé par les frères Guillemot, fondateurs et dirigeants d’Ubisoft, la société rennaise Ama a récemment dévoilé son intention d’entrer sur Euronext Growth pour accélérer son développement sur un marché à fort potentiel : la réalité assistée en milieu professionnel.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi le rennais Ama, spécialiste de la réalité assistée, veut s'introduire en Bourse ?
Christian Guillemot et sa famille détiennent à ce jour 93,76% du capital d’Ama. © AMA

Dès 2014, la technologie d’Ama avait été mise en lumière pour avoir accompagné la première opération chirurgicale réalisée à l’aide de Google Glass, les lunettes connectées de Google. Aujourd’hui, la société rennaise édite XpertEye, une plateforme de réalité assistée dédiée au travail collaboratif professionnel.

Compatible avec différents outils vdéos, sa technologie a depuis étendu ses marchés de manière plus large à l’industrie et aux services avec de multiples cas d’usages comme le diagnostic à distance, l’inspection, la planification, la gestion des flux de travail et la formation à distance. "Ama est aujourd’hui parfaitement positionné pour prendre une place de choix dans le marché naissant et à très fort potentiel des solutions de travail collaboratif sécurisées et mains libres pour les professionnels de terrain."

C’est ainsi que Christian Guillemot, président et cofondateur d’Ama avec ses frères explicite le nouveau projet de l’entreprise rennaise, déjà engagée dans une dynamique de croissance. Ama vient de voir son document d’enregistrement approuvé par l'Autorité des marchés financiers. Il s’agit là de la première étape en vue de son introduction prochaine sur le marché Euronext Growth. A ce jour, la famille Guillemot détient 93,76% du capital d’Ama. Elle entend accompagner cette opération d’introduction en bourse en participant à l’augmentation de capital.

Renfort des équipes commerciales et R&D
Les objectifs de cet IPO sont clairs : en renforçant sa notoriété et ses moyens financiers, Ama souhaite soutenir la forte accélération de sa croissance. En 2020, la société fait déjà état d’une croissance de 264 %, passant de 1,8 millions d'euros à 6,4 millions d'euros de chiffres d’affaires. 15 millions d'euros sont visés en 2021, 32 millions d'euros en 2022 et plus de 175 millions d'euros au 31 décembre 2025, avec, à cet horizon, un Ebidta ajusté supérieur à 20 %.

Aujourd’hui, Ama mentionne un portefeuille de 400 clients dans une centaine de pays, fruit des démarches et de la stratégie commerciale engagées, notamment sous forme de POC, depuis 2016. Cette introduction en Bourse doit permettre à Ama, qui emploie à ce jour près de 123 salariés essentiellement en France, de renforcer ses équipes commerciales et R&D. Ancré à Rennes, son pôle R&D comptait 48 ingénieurs fin 2020.

Des recrutements sont anticipés pour atteindre les 200 personnes à fin 2023 : la société veut intensifier ses développements autour de l’intelligence artificielle, le machine learning et l’augmentation des capacités d’analyse des données induites par l’utilisation de la plateforme XpertEye. Si Ama entend s’appuyer sur des partenariats avec des opérateurs télécoms et des fournisseurs de solutions digitales B2B, la société prévoit aussi d’étoffer son équipe commerciale.

Ces recrutements seront opérés en France et dans les filiales que l’entreprise compte déjà ou envisage d’ouvrir à l’export. Ama est déjà présent en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. Des ouvertures sont évoquées au Japon, en Amérique Latine, à Singapour, Dubaï, en Afrique mais également en Espagne. L’équipe devrait passer de 45 à 90 personnes fin 2020, et atteindre comme le pôle R&D les 200 salariés à 2023.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.