Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi les enchères pour l’attribution des fréquences 5G sont repoussées

Vu ailleurs Selon nos confrères de Reuters, les enchères en vue de l’attribution des fréquences 5G aux opérateurs télécoms français ne devraient pas intervenir avant le mois de mars 2020. De nouveaux arbitrages politiques quant aux prix et à la taille du spectre à allouer justifieraient ce report, d’environ trois mois par rapport à la date initialement prévue.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi les enchères pour l’attribution des fréquences 5G sont repoussées
Pourquoi les enchères pour l’attribution des fréquences 5G sont repoussées © Pixabay / mohamed_hassan

Cela se profilait à l’horizon. En France, la 5G va prendre encore un peu plus de retard. Les enchères en vue de l’attribution des fréquences aux opérateurs télécoms pourraient n’avoir lieu qu’en mars 2020, alors qu’elles étaient initialement programmées pour le mois de janvier selon nos confrères de Reuters. Ce report tiendrait à la discussion qui se tient actuellement entre le ministère des Finances et l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) au sujet du prix et de la taille du spectre à allouer. Des arbitrages politiques qui tardent donc à arriver.

 

DE LéGèRES DIVERGENCES

Selon l'agence de presse, qui tient ses informations de sources proches du dossier, aucune des deux institutions n’a souhaité confirmer l’information. "Tout n’a pas encore complètement convergé entre l’Arcep et le gouvernement, a néanmoins déclaré l’une des personnes interrogées. Ça ne devrait plus tarder, mais c’est quand on entre dans les derniers détails de la procédure que les difficultés apparaissent."

 

Pour rappel, la procédure devrait se tenir en deux temps : une première série de blocs – probablement comprise entre 50 et 60 MHz – serait cédée à un prix fixe, tandis qu’une seconde série – entre 250 et 260 MHz – serait mise aux enchères à un prix plancher de "près de 1,5 milliard d’euros", d'après les chiffres actualisés de Reuters. Les bandes de fréquences devraient être allouées aux quatre acteurs principaux du secteur pour quinze ans.

 

Récemment, L’Usine Digitale rapportait que les "petits" opérateurs télécoms – Bouygues et Free – ont fait part de leurs craintes de se voir lésés face aux mastodontes Orange et SFR, bien plus fortunés. Le gouvernement a alors décidé de revoir les conditions d’attribution des fréquences pour être plus équitable envers tous les acteurs. Une décision qui pourrait ne pas être étrangère à ce report.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media