[PPL "Huawei"] En matière de 5G, le gouvernement veut "évaluer les risques plutôt qu’interdire" un équipementier

Auditionnée par la commission des Affaires économiques du Sénat, la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances Agnès Pannier-Runacher a confirmé ce mardi 4 juin 2019 qu’aucun équipementier ne serait exclu dans le cadre du déploiement de la 5G en France. Une bonne nouvelle pour le géant chinois des télécoms Huawei.

Partager
[PPL

La France ne suivra pas les Etats-Unis en bannissant Huawei de ses futurs réseaux 5G. La secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, l’a confirmé mardi 4 juin 2019 lors de son audition par la commission des Affaires économiques du Sénat. "Nous ne participerons pas à cette escalade protectionniste nuisible à l’innovation", a-t-elle ainsi réaffirmé.

AUCUNE DISCRIMINATION ENTRE éQUIPEMENTIERS

Répondant aux interrogations des sénateurs, la secrétaire d’Etat a estimé que la proposition de loi sur l’exploitation des réseaux radioélectriques mobiles — qui sera à nouveau soumise au vote le 26 juin 2019, après une première validation à l'Assemblée nationale — prévenait "les discriminations entre équipementiers" et affirmé que tous seraient "soumis aux mêmes règles". L’objectif : ne pas retarder l’innovation, en "évaluant les risques plutôt qu’en interdisant purement et simplement". Les opérateurs seront notamment incités à renforcer les contrôles sur leurs futurs réseaux, qu'importe leur fournisseur.

Au cœur des discussions ce mardi 4 juin, le calendrier de déploiement de cette nouvelle technologie a également été conforté. "Les orientations du gouvernement ont été transmises à l’Arcep, qui est en train d’avancer avec les opérateurs pour écrire le cahier des charges. L’autorité livrera ce dernier à la fin de l’été, à temps pour l'attribution des fréquences qui doit se tenir cet automne puis pour le déploiement au début de l'année 2020", a rappelé la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances.

La présidente de la commission des Affaires économiques du Sénat, Sophie Primas, a par ailleurs indiqué en fin de séance avoir reçu ce même jour le géant des télécoms chinois qui lui aurait conseillé de "veiller aux conséquences des sanctions américaines sur l’économie et les entreprises françaises". Agnès Pannier-Runacher a de son côté indiqué avoir visité des installations 5G de Samsung en Corée du Sud à la fin du mois de mai, et qu’elle rencontrera les Européens Ericsson et Nokia ces prochaines semaines. "Pour les encourager à investir davantage et proposer l’accompagnement de la France."

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS