Praticiens, industriels et chercheurs s'allient autour d'un outil pour mieux gérer les traumatismes sévères

Capgemini Invent, l'AP-HP, le CNRS, l'Ecole des hautes études en sciences sociales, l'Ecole polytechnique et l'association Traumabase se sont rassemblés pour créer "TrauMatrix". Cet outil devra permettre de mieux gérer les cas de traumatismes graves et ainsi éviter le maximum de séquelles en recourant à l'intelligence artificielle.

Partager
Praticiens, industriels et chercheurs s'allient autour d'un outil pour mieux gérer les traumatismes sévères

Les traumatismes graves représentent la cause principale des décès précoces et une cause importante de handicaps lourds. Les 24 premières heures sont stratégiques pour éviter le maximum de séquelles à court et long terme. Or il est parfois difficile pour le personnel médical de correctement orienter le patient vers la bonne unité de soin.

C'est pour résoudre cette problématique que Capgemini Invent, l'AP-HP, le CNRS, l'Ecole des hautes études en sciences sociales, l'Ecole polytechnique et l'association Traumabase se sont rassemblés afin de créer "TrauMatrix". L'annonce de ce partenariat a eu lieu le 25 octobre 2019. Ce partenariat d'une durée de trois ans a pour ambition de développer des outils d'aide à la décision pour ces patients en ayant recours à l'intelligence artificielle.

Un accompagnement au long de la chaîne de décision

En cas de traumatismes sévères, trois étapes revêtent une importance capitale pour la suite : la prise en charge, le diagnostic et la gestion de la stratégie de soin. En ciblant les moments clés du parcours de soin des traumatisés sévères, les médecins anesthésistes réanimateurs seront accompagnés dans leur prise de décision et ainsi un maximum de séquelles devrait pouvoir être évité. Ainsi, cet outil devra permettre de prédire la survenue d'un traumatisme crânien ou d'un choc hémorragique. En parallèle, TrauMatrix pourra préciser la nature des ressources hospitalières, matérielles et humaines à anticiper afin d’apporter une meilleure réponse possible.

Ce projet repose sur l'utilisation du registre de données médicales "TraumaBase". Créée en 2012, cette base a pour objectif de mieux décrire l'épidémiologie des traumatismes graves en France en compilant l'ensemble des données sur la prise en charge initiale des personnes traumatisées. Dans ce cadre de partenariat de recherche, ce flux d'informations est indispensable pour nourrir les futurs outils de prédiction.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS