Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pratt & Whitney s'appuie sur IBM et le Big Data pour surveiller la santé de ses moteurs d’avion

En partenariat avec IBM, Pratt & Whitney veut améliorer la surveillance de la santé de ses moteurs d’avions civils en utilisant l’analyse de données massives issues des paramètres de vol. De quoi allonger la durée de vie des moteurs de 50% et réduire les coûts de maintenance de 20%.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pratt & Whitney s'appuie sur IBM et le Big Data pour surveiller la santé de ses moteurs d’avion
Pratt & Whitney s'appuie sur IBM et le Big Data pour surveiller la santé de ses moteurs d’avion © Patrick Delapierre

Pratt & Whitney fait équipe avec IBM dans le Big Data. Mission : utiliser l’analyse prédictive des données massives issues des paramètres de vol pour améliorer la surveillance de la santé de ses moteurs d’avions civils.

Le motoriste américain espère perfectionner la gestion de l’état de sa flotte commerciale qui comprend plus de 4000 moteurs en service dans le monde.

Planifier la maintenance et réduire les coûts

En intégrant les enseignements de ses programmes de diagnostic poussé dans les moteurs militaires, et en faisant appel aux technologies du Big Data d’IBM, Pratt & Whitney veut renforcer son offre en services d'analyse, de surveillance de la santé des moteurs et d’alertes de maintenance pour sa flotte commerciale.

"Cela nous permettra de surveiller avec précision et de façon proactive la santé des moteurs de nos clients et de nous donner de la visibilité pour planifier à l'avance les opérations de maintenance tout en réduisant les coûts pour nos clients", déclare Matthew Bromberg, président de Pratt & Whitney Aftermarket.

500 000 000 000 octets de données par vol

Les moteurs d'avions d'aujourd'hui génèrent jusqu'à un demi-téraoctet de données par vol. Ce déluge d'informations peut être transformé en une ressource essentielle. Avec l'analyse prédictive, il sera possible, d’une façon précoce, de détecter des défauts, de lancer des alertes et d’avoir une meilleure visibilité de la santé globale des moteurs d'avion. Grâce à quoi le motorise espère allonger la durée de vie de ses engins de 50% et de réduire les coûts de maintenance de 20%. Des gains à mettre au regard du coût de réparation d’un moteur estimé entre 3 et 10 millions de dollars.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale