Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

PréFRance.fr, le moteur de recherche du Made in France

Le site PréFRance.fr, créé par Vincent Berionni et Anne Douat, veut aider les consommateurs à acheter français.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

PréFRance.fr, le moteur de recherche du Made in France
PréFRance.fr, le moteur de recherche du Made in France © Préfrance.fr

On connaissait déjà la voiture, les appareils électroménagers ou les chaussettes made in France, pas encore le moteur de recherche. Vincent Berionni, docteur en physique des plasmas reconverti en développeur, et Anne Douat, graphiste, ont conçu PréFRance.fr, un site aux couleurs bleu, blanc, rouge financé par les internautes via le site Ulule.com. Ils espèrent faciliter le shopping made in France pour promouvoir la production locale.

L'utilisateur tape le nom d'un produit dans la barre de recherche et les résultats le dirigent vers les pages des boutiques pour procéder à l'achat en ligne. Un commentaire avec la description de l'entreprise accompagne chaque annonce pour orienter les utilisateurs. "Nous avons pour projet d'ajouter des critères de recherche au fur et à mesure, prévoit Vincent Berionni, la sélection par labels (Origine France garantie notamment), l'affinage par région d'origine de fabrication, ou encore donner la possibilité de restreindre sa recherche aux produits bio/éco-conçus."

200 000 pages indexées

Le moteur de recherche revendique 200 000 pages indexées tous secteurs confondus. Les sites référencés sont ceux qui identifient leurs produits fabriqués en France ou qui ne vendent que des produits fabriqués en France. Plus de la moitié de la valeur ajoutée de leurs marchandises doit être créée dans l'Hexagone. PréFRance.fr n’effectue pas de vérification sur site pour garantir la traçabilité de la production, mais se base sur les explications fournies par les marques et sites de vente en ligne.

Pour se rémunérer, PréFRance.fr propose un système d'"annonces à la une" pour les sites voulant plus de visibilité. "En échange nous demandons une rémunération au clic, ou au pourcentage des ventes générées par nos visiteurs, précise Vincent Berionni. Nous tenons à conserver une certaine éthique : les résultats mis en valeur ne dépassent pas le nombre de deux sur une page, et ils s'affichent par ordre de pertinence contrairement à ce qu'on peut observer sur Google par exemple où celui qui paye plus est mieux visible."

Marine Protais

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media