Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Primés par la Nasa, des scientifiques impriment en 3D des tissus hépatiques humains

Dans le cadre du Vascular Tissue Challenge, la Nasa a récompensé deux équipes de scientifiques qui ont réussi à imprimer en 3D des tissus hépatiques humains. D'un millimètre d'épaisseur, ils ont fonctionné pendant 30 jours en laboratoire. L'objectif de ces travaux est de faire avancer la médecine régénérative pour limiter les effets néfastes des voyages spatiaux sur le corps humain.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Primés par la Nasa, des scientifiques impriment en 3D des tissus hépatiques humains
Primés par la Nasa, des scientifiques impriment en 3D des tissus hépatiques humains © Nasa

Deux équipes de chercheurs du Wake Forest Institute for Regenerative Medicine (WFIRM) à Winston-Salem, en Caroline du Nord, ont été récompensées par la Nasa pour leurs travaux sur l'impression 3D des tissus hépatiques humain (liés au foie).

L'équipe Winston, la première équipe à avoir terminé son essai, recevra 300 000 dollars et aura la possibilité de poursuivre ses recherches à bord du laboratoire national américain de la Station spatiale internationale (ISS). L'équipe WFIRM recevra le deuxième prix de 100 000 dollars.

Un tissu fonctionnel en laboratoire
Les scientifiques se distinguent par la technique de fabrication additive choisie pour créer ces tissus hépatiques. Les deux ont réussi le défi majeur de construire un tissu en forme de cube d'environ un centimètre d'épaisseur et capable de fonctionner pendant 30 jours en laboratoire.

Ils ont utilisé des technologies d'impression 3D pour créer des moules de type gel, ou échafaudages, avec un réseau de canaux conçus pour maintenir des niveaux d'oxygène et de nutriments suffisants pour maintenir les tissus construits en vie pendant leurs essais de 30 jours.

L'objectif était de se rapprocher le plus possible du fonctionnement réel de l'organe in situ. En effet, "la valeur d'un tissu artificiel dépend entièrement de la façon dont il imite ce qui se passe dans le corps", a expliqué Lynn Harper, lead for Integrative Studies au sein de la Nasa.
 


Limiter les effets des voyages spatiaux
Ces travaux s'inscrivent dans le "Vascular Tissue Challenge" qui récompense les scientifiques capables de créer un tissu d'organe vascularisé humain et métaboliquement fonctionnel dans un environnement de laboratoire contrôlé. L'objectif est de faire avancer les recherches sur la médecine régénérative, en particulier pour atténuer les effets négatifs des voyages spatiaux sur le corps humain pendant les missions lointaines de longue durée.

Sur Terre, le tissu vascularisé pourrait être utilisé dans des tests pharmaceutiques ou dans la modélisation de maladies. Le défi pourrait également accélérer la recherche et le développement dans le domaine des greffes d'organes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.