Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Prizee.com ferme ses deux sites auvergnats

Le groupe Digital Virgo, qui a racheté Prizee.com en 2012, a annoncé un plan de sauvegarde de l’emploi. Le site historique de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) fermera ses portes en mars 2015.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Prizee.com ferme ses deux sites auvergnats
Prizee.com ferme ses deux sites auvergnats © DR

La direction du groupe Digital Virgo, propriétaire de Prizee.com, site de jeux en ligne créé en 2001, a annoncé officiellement aux membres du comité d’entreprise puis aux salariés, un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Il se traduit par la fermeture définitive du site Digital Virgo Entertainment de Clermont-Ferrand et de l’entrepôt voisin de Romagnat (Puy-de-Dôme).

La direction affirme vouloir éviter les licenciements économiques en proposant vingt-deux postes de reclassement sur ses deux autres sites, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) et à Lyon (Rhône) ainsi que dix autres postes au sein du groupe en France et aussi quarante-huit dans ses filiales à l’étranger.

Les raisons invoquées sont entre autres "une année 2014 difficile, un chiffre d’affaires en forte baisse et une chute de la rentabilité globale de Digital Virgo Entertainment", selon la communication faite aux salariés clermontois.

Inquiétude des salariés

Pour les trente-huit derniers salariés en Auvergne, déjà touchés par un premier plan social en 2010, cette décision n’est pas acceptable en l’état. "Nous appartenons à un grand groupe international de divertissement digital qui affiche une croissance de 20 % par an. On voudrait savoir pourquoi le site clermontois est sacrifié. Nous sommes très méfiants par rapport aux propositions que va nous faire le groupe", s’inquiètent les représentants du personnel qui viennent tout juste d’entamer des négociations avec la direction.
Pour le site clermontois Prizee.com, ex-fleuron de la net-économie auvergnate, c’est une bien triste fin.

Surfant sur la vague des jeux primés en ligne, il avait connu une ascension fulgurante dans les années 2000, comptant jusqu’à 137 salariés en 2009.

Geneviève Colonna d'Istria

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale