Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Profession CDO : Christian Buchel, un spécialiste de l’organisation pour la transformation numérique d'ERDF

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Christian Buchel est arrivé en mai chez le distributeur d'électricité pour lui permettre de se saisir de la mutation énergétique grâce à la transformation numérique. Il a déjà mis en place une gouvernance ouverte et s’appuie sur des expérimentations qui impliquent l’ensemble des salariés.

Profession CDO : Christian Buchel, un spécialiste de l’organisation pour la transformation numérique d'ERDF
Profession CDO : Christian Buchel, un spécialiste de l’organisation pour la transformation numérique d'ERDF © Pascal Guittet

À écouter Christian Buchel, on le croirait tout droit sorti du moule numérique. Il parle collaboration des antennes régionales d’ERDF avec la French Tech, méthodes agiles, gouvernance des données, ouverture des API, hackatons… Et son organisation n’a rien à envier à celle de ses confrères chez d’autres industriels. Pourtant, contrairement à beaucoup d’entre eux, pas de digital accroché à son CV avant sa nomination chez ERDF en mai 2014. Si le nouveau PDG d’ERDF, Philippe Monloubou arrivé en janvier 2014, a confié dès le mois de mai le programme de numérisation des métiers du distributeur à ce pur produit de l’électrique c’est qu’il a dirigé Électricité de Strasbourg pendant près de 6 ans puis joué le rôle de directeur opérationnel (COO) du 3e distributeur allemand EnBW durant 2 ans et demi. De quoi faire de lui un professionnel des organisations et de leur évolution.

Rendre ERDF capable d’intégrer la mutation énergétique

Aujourd’hui, le chief digital international officer (CDIO) d’ERDF s’excuse presque de l’enthousiasme qu’il montre pour sa mission, surtout dans le contexte actuel. "Avec la transition énergétique, le système électrique est en train de se transformer de façon profonde. ERDF est une entreprise très technologique, mais il faut la rendre capable d’intégrer cette mutation énergétique. Avant, nous avions des grosses usines de transformation, et des consommateurs au bout de la ligne, raconte Christian Buchel. Aujourd’hui, c’est plus riche. Les grosses usines de production demeurent, mais il y aussi le photovoltaïque, l’éolien, raccordés au réseau basse tension."
Et les nouvelles technologies transforment tout : le stockage, le véhicule électrique, la façon dont le consommateur final peut piloter sa consommation. Pour le CDIO, la flexibilité de la consommation et de la production devient smart et le réseau devient la plaque tournante. Or, c’est justement le métier d’ERDF, en Europe, pas seulement en France. Christian Buchel tient aussi à signaler le "I", pour International, inséré dans son titre de CDO. Sa vision de la transformation d’ERDF s’étend en effet de la région jusqu’à l’international. Cela le conduit à aller chercher des idées à Limoges, par exemple, tout autant qu’à observer la Chine où des milliers de km de réseau sont déployés ou des pays qui créent un réseau pour la première fois, parce "partout, le numérique est présent."

Un benchmarking avec tous les autres secteurs

Le programme numérique de Christian Buchel compte quatre volets. La gestion de l’infrastructure avec la téléconduite, la maintenance prédictive, les big data. Le dialogue avec les clients ou les fournisseurs. La gestion des données de plus en plus nombreuses issues des compteurs et des capteurs des objets connectés qui serviront à améliorer les processus. Et, en partenariat avec le DRH, la transformation sociale et culturelle de l’entreprise avec là aussi des processus spécifiques, mais aussi de l’open innovation. Pour l’ensemble de ces domaines, les méthodes du CDIO lui viennent tout droit de ses expériences précédentes. À commencer par le benchmarking. Après avoir regardé comment le numérique – objets connectés, big data, réseaux sociaux, etc.- peut aider ERDF dans les quatre grands domaines de travail prédéfinis, il a comparé l’entreprise avec le reste de l’économie. "Nous avons essayé de mener un diagnostic digital sur ces différents leviers pour savoir comment ERDF se situe par rapport aux autres entreprises, explique le CDIO. Des benchmarks à l’échelle mondiale qui nous mesurent à l’automobile, à l’assurance, etc. et pas seulement à notre secteur de la distribution d’électricité ".

Le pari d’emmener les 35?000 salariés vers le digital

Ni organisation digitale, ni nouveau silo pour le numérique d’ERDF. L’équipe de Christian Buchel ne compte qu’une dizaine de personnes. "J’ai mis en place une instance de gouvernance," précise-t-il cependant. Le comité numérique qui regroupe le patron du réseau, le patron des clients, le DSI, le DRH et les 8 représentants des régions, établit et valide les feuilles de route pour les infrastructures matérielles. Le CDIO est en passer de recruter à l’extérieur un responsable sur l’open innovation, pour encourager, susciter l’innovation, encourager l’ouverture des API, les hackatons, etc. Le comité campus travaille, lui,, sur la conduite du changement, le RSE, le social, l’e-inclusion, la formation. Un dernier comité enfin, gère la gouvernance des données. Indispensable, car "les données de cartographie, par exemple, sont dans un métier différent des données de consommation, raconte Christian Buchel. Or, le digital les croise !" Et cette gouvernance est organisée de telle manière que l’ensemble des métiers soient concernés. "Nous nous appuyons quand même sur nos 35000 salaries dans tous les départements français, rappelle le CDIO d’ERDF. Nous faisons le pari d’emmener 100% des personnels vers le numérique, quel que soit leur âge. Et nous le gagnions. Nous avons par exemple déjà une équipe qui gère des data et les travaille pour obtenir un meilleur ajustement au marché de gros. Environ une trentaine de personnes qui ont mis au point des algorithmes. Et je prends le pari d’en faire l’équipe big data ! Même si je recrute aussi des data scientists."

L’incontournable agilité

Comme la plupart de ses homologues, Christian Buchel travaille sur l’agilité des équipes de transformation numérique et plus globalement, de l’entreprise. "Nous allons créer les ateliers numériques d’ERDF que va diriger la personne en cours de recrutement sur l’open innovation. Nous travaillons déjà avec les french tech, mais là il s’agit de susciter l’innovation avec l’infusion de start-up dans l’ensemble des régions." La transformation digitale d’ERDF inclut aussi un programme d’accélération digitale avec des projets ciblés, concrets, rapides à mettre en œuvre. C’est le cas de l’utilisation des réseaux sociaux pour améliorer le dépannage en temps de crises comme les tempêtes et atteindre l’excellence du service public. Ou encore, lors de déplacement de lignes qui impliquent beaucoup d’agents de maîtrise et d’exécution, la prévention de questions de sécurité ou de santé qui passe aussi par des tablettes connectée à l’entreprise. "Nous sommes embarqués dans cette transformation, conclut Christian Buchel. C’est à la fois une culture d’excellence et d’ouverture vers ce qui se passe dans le monde."

Emmanuelle Delsol

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale