Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Projet Scoop : PSA et Renault testent des véhicules connectés en conditions réelles

mis à jour le 12 avril 2018 à 15H36
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Dans le cadre du projet Scoop, lancé en 2014, les groupes Renault et PSA annoncent équiper 3000 DS4, Citroën C4 et Renault Mégane d'un modem, de deux antennes et d'un software afin de tester la communication entre les véhicules et leur environnement sur les routes de cinq départements français. La particularité : ces véhicules connectés sont destinés aux particuliers.

Projet Scoop : PSA et Renault testent des véhicules connectés en conditions réelles
3 000 voitures connectées vont circuler sur les routes de France d'ici la fin de l'année dans le cadre du projet Scoop. © PSA/DR

3 000 voitures connectées vont arpenter les routes de France d'ici à la fin de l'année dans le cadre du projet Scoop. Equipés d'un modem, de deux antennes et d'un software, ces DS4, Citroën C4 et Renault Mégane sont en effet prêts pour tester la communication V2X ou Vehicle-to-Everything. La particularité : ces voitures connectées sont dédiées au grand public. Ces véhicules sont en effet disponibles à la vente. Et ce, sans aucun surcoût pour l'acheteur, assurent les constructeurs, puisque l'ensemble des équipements sont pris en charge par Renault et PSA. Et aucune obligation non plus sur un nombre de kilomètres à parcourir pour les chauffeurs. "L'idée ici est d'avoir des informations sur le ressenti des conducteurs par rapport aux systèmes qui existent déjà et savoir et si ces nouvelles fonctions sont bien comprises", affirme à L'Usine Digitale Delphine Duperray, chef du projet Scoop chez PSA.

 

Equipés de capteurs, les véhicules peuvent détecter certains évènements tels qu'une plaque de verglas, un choc ou une panne. Les unités embarquées à bord du véhicule transmettent l'information aux autres voitures connectées présentes dans un rayon d'un kilomètre ainsi qu'au gestionnaire via des unités en bord de route. Le gestionnaire routier peut également envoyer des informations aux véhicules sur les chantiers en cours ou la viabilité hivernale. "L'idée avec la connectivité V2X est d'anticiper certains événements. Par exemple, une zone de travaux est aujourd'hui vue à la dernière minute par le conducteur. Ici, le gestionnaire routier peut transmettre les informations afin d'informer plus en amont le conducteur qui peut anticiper et n'a pas à freiner à la dernière minute", explique Delphine Duperray.

 

 

 

Scoop : un projet collaboratif

Avec ce projet, les deux constructeurs français montrent qu'il est possible de s'entendre sur l'établissement d'un langage commun qui sera nécessaire au déploiement des véhicules connectés et autonomes. Et ce langage n'est pas seulement commun à Renault et PSA puisqu'Orange participe à ce projet, tout comme des directions régionales d'infrastructures routières ainsi que plusieurs fournisseurs de systèmes véhicules et bord de route. "La coopération est la grande richesse de ce projet", abonde Delphine Duperray. "Le projet Scoop a ouvert la porte à d'autres coopérations futures entre des acteurs qui n'avaient pas l'habitude de travailler ensemble", détaille-t-elle

 

2 000 km de routes équipées

En tout, ce sont plus de 2 000 kilomètres de routes en France qui ont été équipées pour recevoir ces véhicules connectés. L'Ile-de-France, la Bretagne, l'Isère, la Champagne-Ardenne et Bordeaux sont concernées. Orange s'est assuré de la continuité des communications sur les différents réseaux et d'une latence la plus faible possible pour que l'information soit transmise rapidement. Par ailleurs, "Scoop a pleinement intégré les enjeux de cyber-sécurité et de respect de la vie privée dans la conception du système, en associant l’ANSSI et la CNIL", assure dans un communiqué le ministère chargé des Transports qui pilote ce projet.

 

Le but de Scoop, lancé en 2014, est de renforcer la sécurité routière et d'améliorer la gestion du trafic en le rendant par exemple plus fluide. Grâce à ce système de communication, les véhicules peuvent anticiper certains évènements et "l’exploitation des informations échangées entre les véhicules et l’infrastructure complète les éléments obtenus par les caméras et radars qui équiperont le véhicule autonome", assure dans un communiqué PSA. La prochaine étape pour Scoop ? "Passer sur la 3G ou 4G lorsque les véhicules arrivent sur les zones non couvertes par le Wifi ITS G5 actuellement utilisé, et développer de nouvelles fonctionnalités et de nouvelles alertes", déclare Delphine Duperray.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale