ProtonMail, un nouveau service de messagerie électronique pour contrer Prism

ProtonMail est une solution développée en Suisse par des scientifiques du CERN, le centre européen de recherche nucléaire, et du MIT. Ces derniers se sont rassemblés lorsque le scandale Prism a éclaté afin de réfléchir à une alternative aux services de messagerie actuels. Leur but : "protéger les individus du cyberespionnage de masse".

Partager
ProtonMail, un nouveau service de messagerie électronique pour contrer Prism

L'équipe de ProtonMail s'est tournée vers le crowdfunding pour financer son projet, et a déjà levé près de 350 000 dollars sur la plate-forme Indiegogo. Elle affirme avoir refusé des offres d'investissement pour rester indépendante.

Un service "impénétrable"

Le service est chiffré de bout en bout grâce à des algorithmes de chiffrement sophistiqués, selon le site du projet. Si le chiffrement des e-mails existe depuis plusieurs années, le chiffrement de bout en bout ("end-to-end encryption"), assez complexe, est peu répandu. La start-up promet une expérience utilisateur largement simplifiée.

Selon Protonmail, l'avantage, c'est que "vos données sont déjà chiffrées quand elles arrivent sur nos serveurs. Nous n'avons pas accès à vos messages, et comme on ne peut pas les déchiffrer, on ne peut pas les partager avec une tierce personne". Tous les serveurs sont par ailleurs hébergés en Suisse près du CERN, "en dehors des juridictions américaines et européennes donc toutes les données sont protégées selon les strictes lois suisses sur la vie privée", assure l'équipe sur son site.

Les données sont en fait chiffrées sur le navigateur, avant d'arriver sur le serveur. "Nous séparons le message chiffré de la clé [qui permet de le déchiffrer] - tout le travail de chiffrement se fait sur votre ordinateur et non sur nos serveurs, donc on ne peut pas voir votre message", explique l'un des co-fondateurs, Andy Yen. Selon lui, ce système est différent de tous les autres. Les géants comme Google, Yahoo! et Microsoft ont mis en place quelques systèmes de chiffrement des mails, mais ils ont toujours accès à la clé qui permet d'accéder au message.

Modèle freemium

Comment utiliser ProtonMail ? L'email envoyé est chiffré par défaut, et peut être reçu sur un ordinateur, une tablette, un iPhone ou un téléphone Android. ProtonMail permet aussi de communiquer de façon sécurisé avec des individus utilisant un service standard comme Gmail. Un beta test public a été lancé mais il est actuellement accessible uniquement sur liste d'attente.

Le compte "basique" est gratuit pour tous, mais la start-up a prévu un modèle d'abonnement payant pour un compte ProtonMail+ avec 1GB d'espace de stockage supplémentaire. Par ailleurs, l'équipe veut aussi créer une application mobile, un service de messagerie instantanée et un service de stockage et partage des fichiers qui utiliseraient le même système de chiffrement ultra sécurisé.

Les paiements en liquide et en bitcoins devraient être autorisés afin de préserver l'anonymat des utilisateurs. L'équipe promet, par ailleurs, que le service ne comportera aucune publicité afin d'être complètement indépendant, "à l'opposé de Gmail", selon Andy Yen.

Présentations du service ProntonMail

Nora Poggi

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS