Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Publicité en ligne : Les grandes entreprises technologiques sont accusées de violer le RGPD

Le real-time bidding (RTB) est-il compatible avec le RGPD ? Non, d'après l'Irish Council for Civil Liberties qui vient de déposer un recours devant un tribunal allemand contre l'IAB représentant les acteurs de la publicité sur Internet, tels que Google, Amazon, Facebook… L'association irlandaise estime que ces entreprises récoltent des données très sensibles sur les internautes sans leur consentement.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Publicité en ligne : Les grandes entreprises technologiques sont accusées de violer le RGPD
Publicité en ligne : Les grandes entreprises technologiques sont accusées de violer le RGPD © Free-Photos/Pixabay

L'Irish Council for Civil Liberties (ICCL), une organisation irlandaise à but non lucratif dédiée à la protection des droits fondamentaux, dépose une plainte devant le tribunal de district de Hambourg (Landgerichte Hamburg) en Allemagne contre l'IAB Tech Lab qui représente les acteurs de la publicité sur Internet.

Violation du RGPD
Basée à New York, l'IAB compte parmi ses membres de grandes entreprises technologiques telles que Facebook, Google, Amazon, Twitter, Verizon ou encore AT&T. L'ICCL les accuse de violer le Règlement général sur les données personnelles (RGPD) en collectant des données sensibles sans que le consentement des internautes ne soit valablement recueilli.

C'est le système "Real-Time Bidding" (RTB) qui est au cœur de ces accusations. Cette pratique consiste à mettre en concurrence en temps réel des annonceurs pour afficher une publicité sur une page web selon le profit ou le comportement de l'internaute. Cette technique publicitaire peut conduire à l'envoi de données personnelles puisqu'elle consiste justement à envoyer de façon permanente des informations sur le visiteur.

Le RTB révèle des informations sensibles
D'après l'ICCL, le RTB engendre la création de "dossiers secrets" compilant les données comportementales de tous les internautes qui révèlent des informations parfois très intimes sur eux. "Ces dossiers secrets pourraient inciter un algorithme à vous retirer d'une liste pour le travail de vos rêves. Un commerçant peut utiliser les données pour vous proposer un prix plus élevé en ligne. Un groupe politique pourrait vous cibler avec une désinformation personnalisée", explique Johnny Ryan, senior fellow au sein de l'organisation irlandaise.

Ces accusations ne sont pas nouvelles. Plusieurs actions sont d'ailleurs en cours sur ce sujet. En décembre dernier, un ensemble de plaintes a été déposé devant six autorités de protection des données de l'Union européenne contre Google et l'IAB. "Les enchères en temps réel, qui sont à la base de l'industrie de la publicité en ligne, violent le droit des personnes à la vie privée", expliquait Orsolya Reich, Advocacy Officer de la Civil Liberties Union for Europe, dans un communiqué.

Une inertie des autorités
Ravi Naik, avocat de l'ICCL, regrette justement que les autorités de protection des données ne se soient jamais emparées elles-mêmes de ce sujet alors que le RGPD est entré en vigueur il y a plus de trois ans. "En septembre 2018, nous avons apporté aux régulateurs des preuves du comportement illégal de l'industrie publicitaire. En raison de l'inertie de la réglementation, des années plus tard, nous n'avons aucune solution face à cette conduite", a regretté le juriste.

Une affaire est également pendante devant l'Autorité de protection des données belge (APD) contre l'IAB. En novembre 2020, elle a rendu ses premières conclusions et soulève de nombreux problèmes de conformité du RTB vis-à-vis du RGPD.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.