Qualcomm attaque Intel dans les serveurs… via la Chine

Le géant américain de puces pour mobiles Qualcomm s’attaque au monopole d’Intel dans les serveurs avec des processeurs à architecture ARM.

Et il commence par la Chine, via une coentreprise créée avec le gouvernement provincial de Guizhou.

Partager
Qualcomm attaque Intel dans les serveurs… via la Chine
Le marché des processeurs de serveurs va compter un nouvel acteur et pas des moindres : Qualcomm. Le numéro un mondial des puces pour mobiles se prépare à faire son entrée avec des processeurs à architecture ARM, qui domine aujourd’hui le marché des smartphones et tablettes. Il s’attaque ainsi au monopole d’Intel qui contrôle plus de 90% du marché avec ses processeurs à architecture X86.
Un investissement de 280 millions de dollars
Mais il a choisi de l’affronter de façon détournée en passant par la Chine. C’est le sens de l’accord de coopération stratégique qu’il vient de signer avec le gouvernement provincial de Guizhou. Avec à la clé, la création de la coentreprise Guizhou Huaxintong Semi-Conductor Technology Co. L’investissement d’élève à 1,85 milliard de renminbis, l’équivalent de 280 millions de dollars. La mission de cette société, détenue à 55% par le gouvernement provincial de Guizhou et à 45% par Qualcomm, est de développer et commercialiser des processeurs à architecture ARM pour microserveurs en s’appuyant sur les développements et les brevets de l’américain dans ce domaine.
Le projet s’inscrit dans la volonté des autorités chinoises de se libérer de la dépendance vis-à-vis de l’extérieur dans les semi-conducteurs et de bâtir une industrie locale de puces électroniques. L’architecture ARM, disponible sous forme de licence auprès du britannique ARM, est plus facile d’accès que l’architecture X86 de processeurs que l’américain Intel est seul au monde à maitriser avec son compatriote AMD.
Projet d'un datacenter à 2,5 millions de serveurs
En difficultés dans les puces pour mobiles à cause de la stratégie des grands constructeurs à favoriser l’utilisation de processeurs maison, comme Apple, Qualcomm fait de sa diversification dans les équipements de Datacenters un axe majeur de rebond. Il n’est pas le seul à miser sur l’architecture ARM pour entrer sur ce marché. D’autres comme AMD, Applied Micro Ciruits, Cavium Networks ou Texas Instruments s’y essaient. Mais selon les analystes, c’est Qualcomm qui a le plus de chance de faire tomber la forteresse Intel.
Le partenariat en Chine va au-delà du développement de puce. La province de Guizhou prévoit de construire une gigantesque plateforme de développement big data avec un Datacenter de 2,5 millions de serveurs motorisés par des puces de Guizhou Huaxintong Semi-Conductor Technology Co. Le projet implique de grandes entreprises chinoises comme China Telecom, China Unicom et China Mobile.
La Chine, deuxième marché pour les serveurs après les Etats-Unis, va jouer donc à la fois de laboratoire et point de départ de l’offensive de Qualcomm dans les serveurs. Intel n’a qu’à bien se tenir.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS