Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Qualcomm, le spécialiste des puces, licencie et restructure pour remonter la pente

Qualcomm est en mauvaise posture : le groupe a annoncé le 22 juillet un gros plan de réduction des coûts, visant à lui faire économiser 1,4 milliard de dollars. Il prévoit de licencier 4700 personnes, soit 15% de ses effectifs. Le spécialiste des semi-conducteurs pour téléphone mobile envisage même de scinder son activité puces de sa division brevet, plus rentable. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Qualcomm, le spécialiste des puces, licencie et restructure pour remonter la pente
Qualcomm, le spécialiste des puces, licencie et restructure pour remonter la pente © Qualcomm

La pression de la concurrence était trop forte : Qualcomm a annoncé le 22 juillet un "plan de réalignement stratégique". En clair, une vaste restructuration.

 

Le premier fabricant mondial de puces électroniques pour téléphones mobiles va licencier 4700 salariés à temps plein, soit 15% de ses effectifs, sans compter une réduction "significative" de son recours à "une main d'œuvre temporaire".  Qualcomm veut également réduire le nombre de ses bureaux et augmenter sa masse salariale dans les pays où la main d'œuvre est moins chère.

 

Via ce plan drastique, l'entreprise veut économiser 1,4 milliard de dollars. Ces mesures ont été annoncées dans la foulée des - mauvais - résultats trimestriels du groupe qui affiche un chiffre d'affaires en baisse de 22% sur un an (à 3,9 milliards de dollars). Le bénéfice avant impôt de son activité puces s'effondre lui de… 74% (à 289 millions de dollars). Le fonds spéculatif Jana Partners, qui détient 6% des parts de l'entreprise, a d'ailleurs redemandé à Qualcomm de faire examiner par des conseillers financiers indépendants sa structure globale et financière. Qualcomm a dû cette fois-ci obtempérer. 

 

 Qualcomm envisage de se separer de sa branche puce

 

Qualcomm évoque dès à présent "de possibles cessions d'activités". La société indique ainsi pudiquement qu'elle envisage de séparer sa branche puces de celle qui gère les brevets, nettement plus rentable. Il y a moins d'un mois pourtant, son président Paul Jacobs affirmait encore que "les synergies liées au fait d'avoir ces deux activités sont plus importantes que les dissynergies"...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.