Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Qualcomm obtient l'autorisation des États-Unis pour vendre ses puces 4G à Huawei

Vu ailleurs Qualcomm va pouvoir à nouveau vendre des puces 4G à Huawei, suivant de quelques semaines une dérogation similaire délivrée à Intel. Un peu de répit pour le constructeur chinois, qui souffre de lourdes sanctions de la part du gouvernement des Etats-Unis.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Qualcomm obtient l'autorisation des États-Unis pour vendre ses puces 4G à Huawei
Qualcomm obtient l'autorisation des États-Unis pour vendre ses puces 4G à Huawei © Huawei

Qualcomm a enfin reçu une dérogation des Etats-Unis pour commercialiser ses puces 4G auprès de Huawei. L’information, révélée lundi 16 novembre par Reuters, vient confirmer ce qu’affirmaient la semaine dernière des médias chinois. Qualcomm n'indique cependant pas quels types de puces sont concernés.

Cette licence du gouvernement des Etats-Unis est nécessaire pour toute entreprise souhaitant vendre des puces utilisant une technologie ou une architecture américaine à Huawei ou à l'une de ses filiales. Or Qualcomm fournissait jusqu'à présent ses puces Snapdragon pour les smartphones d’entrée de gamme de la marque chinoise.

Ralentir la chaîne d'approvisionnement
Qualcomm n’est pas la seule entreprise à avoir sollicité l’autorisation des autorités américaines. Intel avait été le premier, en septembre dernier, à obtenir cette fameuse licence, que demandent également Arm, SK Hynix, MediaTek ou encore SMIC. Pour rappel, depuis le mois d’août, toutes les entreprises utilisant une technologie américaine doivent désormais obtenir l'approbation du gouvernement américain pour travailler avec Huawei.

Cette mesure, qui perturbe profondément la chaîne d'approvisionnement mondiale, tout comme le marché des smartphones, s’ajoute à la longue liste des restrictions visant à ralentir l’activité de Huawei aux Etats-Unis et à l'international. Depuis sa mise au ban, décidée par l’administration Trump, Huawei a vu nombre de ses partenaires contraint de rompre leurs relations commerciales, à l'instar de Google.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media