Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Qualcomm rejette l’option de se scinder en deux

Après l'examen de la possibilité de se scinder en deux, Qualcomm choisit de conserver sa structure unifiée actuelle. Une décision motivée par les fortes synergies entre son activité de puces et celle de la valorisation de ses brevets.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Qualcomm rejette l’option de se scinder en deux
Qualcomm rejette l’option de se scinder en deux © Qualcomm

Qualcomm ne se scindera pas en deux. C’est la décision prise à l’unanimité aujourd’hui par le conseil d’administration du groupe américain. De quoi décevoir le fonds d’investissement Jana Partners qui milite en faveur de la séparation des deux activités de l’entreprise : d’un côté l’activité QCT de puces pour mobiles, de l’autre l’activité QTL de valorisation des brevets.

 

Une commission créée pour étudier l'option de scission

Après avoir repoussé l’idée de scission, le CEO Steve Mollenkopf a fini, l’été dernier, par accepter l’exploration de cette possibilité. Une commission a été créée à cet effet par le conseil d’administration, avec l’œil extérieur de Boston Consulting Group et le conseil financier de Centerview Partners. Sa conclusion est un non catégorique. "La structure organisationnelle et financière actuelle offre les meilleures positions à Qualcomm pour maintenir son leadership technologique et la force de ses produits, de manière à générer la plus grande valeur pour ses actionnaires à long terme", justifie l’entreprise dans un communiqué.

 

Cercle vertueux à ne pas casser

Le maintien d’une structure unifiée est justifié par les synergies entre les deux activités du groupe. L’effort de R&D de l’activité QCT de puces alimente en brevets l’activité QTL de cession de licences, dont les bénéfices contribuent à son tour à financer l’effort d’innovation de l'activité composants. C’est ce cercle vertueux que Qualcomm veut éviter de casser.

 

Depuis un an, Qualcomm est confronté à de grandes difficultés liées à la perte de clients majeurs (comme Samsung pour ses derniers smartphones Galaxy S6 et Galaxy Note 5) et aux actions en chaine des autorités de la concurrence à son encontre. Si l’activité dans les puces constitue le gros de ses revenus, c’est l’activité de valorisation de ses brevets qui lui apporte l’essentiel de ses bénéfices. D’où l’idée de Jana Partners de séparer les deux activités.

 

Les problèmes restent entiers

Qualcomm évite de se couper en deux. Mais ses problèmes restent entiers. C’est vrai dans les puces où il aura à pâtir de la stratégie d’intégration verticale de constructeurs de mobiles comme LG, Huawei ou Xiaomi. C’est vrai aussi dans la valorisation de ses brevets où il est accusé d’abus de position dominante et de pratiques anticoncurrentielles par de plus en plus de pays.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale