Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

5G : 2020 sera l'année du "passage à l'échelle", selon Qualcomm

Le nombre de smartphones compatibles 5G va exploser en 2020 à en croire Qualcomm. Une croissance que devrait faciliter la nouvelle puce Snapdragon 765 de l'entreprise, qui dispose pour la première fois d'un modem 5G intégré.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

5G : 2020 sera l'année du passage à l'échelle, selon Qualcomm
Cristiano Amon lors du Qualcomm Snapdragon Tech Summit 2019. © Julien Bergounhoux

Qualcomm tient sa grande conférence annuelle, le Snapdragon Tech Summit, du 3 au 5 décembre 2019. L'occasion pour le concepteur de puces mobiles de faire le point sur sa stratégie 5G. "2020 sera l'année du passage à l'échelle pour la 5G", a déclaré sur scène Cristiano Amon, président de Qualcomm. L'entreprise anticipe une expansion rapide de la commercialisation de smartphones compatibles 5G à travers le monde l'année prochaine, notamment en France.

 

Un modem 5G intégré pour une nouvelle puce... de milieu de gamme

Le fer de lance de cette explosion doit être la puce Snapdragon 765 (et sa variante 765G, qui dispose de 20% de performances GPU en plus pour les jeux). Elle sera équipée d'un modem 4G/5G intégré, baptisé X52. On note qu'il s'agit d'une puce milieu de gamme, le vrai fleuron étant le Snapdragon 865, qui continue pour sa part de s'appuyer sur le modem externe X55. Mais ces puces "milieu à haut de gamme" équipent justement la majorité des smartphones vendus.

 

Quant au 865, Qualcomm a de bonnes raisons de lui avoir conservé un modem externe, dont notamment une bande passante maximale deux fois plus élevée (jusqu'à 7,5 Gbps). Lors d'une session de questions-réponses, Cristiano Amon a laissé entendre que l'intégration du modem aura lieu l'année prochaine, lorsque la finesse de gravure sera passée à 5 nm. En l'état actuel des choses, intégrer le X55 au SD865 donnerait une puce trop grosse pour pouvoir être produite à grande échelle de façon satisfaisante.

 

Les ondes millimétriques, oui... mais pas en France

Qualcomm met en avant plusieurs de ses innovations technologiques présentes dans ces puces, à commencer par la compatibilité non seulement avec les fréquences Sub-6 GHz, mais aussi avec les ondes millimétriques. C'est cette combinaison de bandes qui représente selon l'entreprise la "vraie" 5G, chose qu'elle est seule à maîtriser aujourd'hui. On note cependant que la France est uniquement concernée par le Sub-6 GHz, ce qui fragilise un peu la communication de l'entreprise.

 

 

Les ondes millimétriques ne sont utilisées qu'aux Etats-Unis pour le moment et resteront hors sujet sur de nombreux marchés, dont la plupart des pays de l'Union européenne. D'autres technologies également "essentielles à la transition vers la 5G" ont aussi été mises en avant, comme le partage dynamique de fréquence (DSS), qui permet à une même antenne d'émettre à la fois sur des appareils 4G et 5G. Tout comme la prise en charge des infrastructures 5G standalone (SA) et non-standalone (NSA) sur une même puce, qui garantit que les appareils resteront utilisables dans la durée, Qualcomm y voit un avantage concurrentiel face à la concurrence (Huawei, MediaTek...).

 

1,4 milliard de smartphones 5G vendus d'ici 2022

Les fabricants de smartphones sont au rendez-vous : les chinois Xiaomi et Oppo ont annoncé des téléphones basés sur le Snapdragon 865, tandis que HMD Global (qui exploite la marque Nokia) et Motorola tireront parti du 765. D'autres devraient suivre début 2020. Au total, les partenaires de Qualcomm ont plus de 230 appareils 5G en cours de développement ou déjà sur le marché. L'entreprise estime que 1,4 milliard de smartphones 5G seront auront été vendus au total d'ici 2022, ce chiffre montant à 2,8 milliards d'ici 2025.

 

 

Autre annonce : deux plates-formes modulaires articulées autour des Snapdragon 865 et 765. A en croire Qualcomm, leur objectif est de redonner aux fabricants d'appareils électroniques (smartphones ou objets connectés) une plus grande granularité dans l'implémentation de ces composants, tout en réduisant les coûts de développement et en améliorant le time-to-market. Elles sont aussi plus fines, car elles n'embarquent que ce dont elles ont besoin. Deux opérateurs télécoms ont déjà apporté leur soutien à l'initiative : Verizon et Vodafone.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media