Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Quand 2 collaborateurs du Crédit Agricole sont plongés 9 mois dans la Silicon Valley, voilà ce qu’il se passe

mis à jour le 19 juillet 2018 à 21H46
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Mi-septembre 2017, le Groupe Crédit Agricole a envoyé deux collaborateurs pour neuf mois en immersion dans la Silicon Valley, dans le cadre de son premier "Residency Program". Culture de l’innovation, lancement d’un PoC, networking… De retour en France début juillet 2018, Raphaël Bord et Jonathan Cottrel nous racontent leur expérience.

Quand 2 collaborateurs du Crédit Agricole sont plongés 9 mois dans la Silicon Valley, voilà ce qu’il se passe
Jonathan Cottrel et Raphaël Bord ont été immergés pendant six mois dans la Silicon Valley dans le cadre du premier Residency Program du Groupe Crédit Agricole. © Stéphanie Mundubeltz-Gendron

L’offre : un plongeon de neuf mois dans la Silicon Valley. La mission : sourcer l’innovation. C’est le poste qu’ont décroché Raphaël Bord et Jonathan Cottrel en septembre 2017. Les deux collaborateurs du Groupe Crédit Agricole, respectivement consultant stratégie chez Crédit Agricole SA et chef de projet chez Crédit Agricole Technologies & Services, ont participé au premier Residency Program du groupe bancaire, créé en partenariat avec Capgemini.


Un residency program à 3 dimensions

"L’objectif à travers ce programme à San Francisco est  de compléter notre écosystème d’innovation (La Fabrique by CA, CA Store, Village by CA, ndlr). Les idées qui apparaissent là-bas sont souvent très innovantes. L’idée est d’être aux avant-postes", explique Michèle Guibert, directrice Relation Client et Innovation du Crédit Agricole S.A.
"Le deuxième objectif est de permettre aux collaborateurs de vivre une expérience en dehors de toutes les structures et organisations traditionnelles du groupe pour participer de manière agile au fonctionnement d’une start-up et diffuser la culture innovation au sein de groupe", poursuit-elle. Avant d’ajouter un troisième objectif : "Trouver là-bas une idée qui répond aux problématiques du groupe Crédit Agricole."


Une immersion au cœur de l’écosystème, et hors les murs du Crédit Agricole

Mi-septembre 2017, Raphaël Bord et Jonathan Cottrel se sont donc envolés pour neuf mois à San Francisco. Avec trois missions : réaliser une étude de marché sur les tendances technologiques autour du métier de la banque, notamment de la banque de détail ; repérer les start-up qui pourraient être partenaires du Crédit Agricole pour accélérer les projets du groupe ; et lancer des PoCs afin de tester des technologies identifiées et vérifier la pertinence pour une application au sein du groupe.

Hébergés au sein de l’Applied Innovation Exchange (AIE) de Capgemini sur Brannan Street, les deux acolytes ont tout de suite eu accès à l’écosystème de la région. "L’intérêt de la Silicon Valley, c’est l’écosystème de VC et de corporate, mais aussi la présence des banques américaines. Nous avons rencontré une  quarantaine de partenaires là-bas qu’on a pu challenger pour avoir les bons insights", exprime Jonathan Cottrel.

Une immersion rapide et incontournable qui leur a permis de remplir rapidement une première partie de leur mission : "Grâce à notre activité de networking, nous avons rencontré 200 start-up, dont une quarantaine qui correspondaient vraiment aux besoins du Crédit Agricole. Nous avons procédé à une mise en contact effective avec une dizaine d’entre elles", indique Raphaël Bord. Et nous avons réalisé une dizaine d’études en lien avec les entités du Crédit Agricole".
 

Naissance d’un projet de Voice Bot

Suite à ces rencontres et benchmarks est née l’idée d’un Voice Bot. "Lors d’un voyage à San Francisco, nous avons rencontré plusieurs banques américaines et nous avons été très frappés de voir à quel point le canal du chat venait se substituer à l’usage des mails, explique Michèle Guibert qui a rendu plusieurs visites aux deux expatriés, et avec qui elle a gardé un lien hebdomadaire pendant toute la durée du séjour. Cette idée correspondait bien à la stratégie du Crédit Agricole de combiner humain et digital", abonde Michèle Guibert.

"Nous avons réfléchi à une solution permettant d’apporter un service combinant à la fois le côté humain important pour les clients du Crédit Agricole et le digital ", raconte Jonathan Cottrel. Le but : garantir un bon équilibre entre un robot et un conseiller et pouvoir switcher à tout moment vers une conversation humaine. Le nom du projet : "Chatbot Switch".
 

Un PoC né en six semaines

De cette idée "née dans la Silicon Valley", "nous avons exploré les différentes start-up avec qui on pouvait travailler", ajoute Jonathan Cottrel. Parmi les start-up rencontrées, une est sorti du lot : Clinc. De là, tout est allé très vite. "Nous avons défini les règles du 'switch' entre le robot et l’humain, et testé la solution de Clinc. Pour cela, nous avons construit un environnement qui ressemble à celui du Crédit Agricole dans lequel on a demandé à Clinc de s’intégrer", détaille Jonathan Cottrel. Au total, six semaines seulement auront été nécessaires pour lancer ce PoC. "Nous avons travaillé en méthode agile. Sans cela, nous ne serions pas arrivés à un tel résultat", ajoute Raphaël Bord.

Durant cette phase, les deux membres du Residency Program ont également fait intervenir des équipes du Crédit Agricole sur les aspects clients et produits du PoC. "Cela nous a permis d’identifier les ‘pain points’. (...) Des séances de design thinking ont permis de définir le parcours digital et d’ajouter, par exemple, une icône pour simplifier l’expérience utilisateur", explique Raphaël Bord.

Les deux résidents étant de retour en France depuis début juillet 2018, le projet de voice bot ne s’arrête pas au stade du PoC. "Nous allons désormais travailler à l'intégration de la solution en interne", affirme Michèle Guibert.
 

Dans la peau de startuppers

Networking, formation au design thinking, travail en méthode agile, lancement d’un PoC… Autant d’expériences que les deux pionniers du Residency Program du Crédit Agricole ont pu acquérir en neuf mois. "C’est une aventure extraordinaire : on était dans la peau d’entrepreneurs avec la mission de lancer cette initiative en toute autonomie.(…) Cela m’a aussi permis de mesurer toute la dimension technique dans l’innovation ", résume Raphaël Bord, le "business boy" du duo, très satisfait et prêt à repartir. Mais ce ne sera pas pour tout de suite…

 

 


L'appel à candidatures pour recruter les deux prochains résidents (un profil business et un profil technique) de la deuxième saison vient tout juste de se terminer. A charge désormais pour Raphaël Bord et Jonathan Cottrel de diffuser la culture de l’innovation au sein du Groupe Crédit Agricole. Nouvelle mission : ambassadeurs du Residency Program. Mais à terme, le projet RH est plus ambitieux : "L’objectif est qu’ils évoluent rapidement sur de nouvelles fonctions au sein du groupe", assure Michèle Guilbert, sans en dire davantage.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale