Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Quand Accor s'inspire d'Airbnb, grand méchant loup du secteur hôtelier

Airbnb engloutit vitesse grand V une partie de la clientèle des groupes hôteliers. Qu'à cela ne tienne : le français Accor s'est inspiré des méthodes de ce nouveau venu dans le secteur du "séjour marchand" pour améliorer son offre. La chaîne d'hôtels peaufine par exemple les photos de ses chambres comme le fait la start-up de location de logements entre particuliers, qui consacre un budget important au shooting des appartements qu'elle propose sur sa plate-forme en ligne.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Quand Accor s'inspire d'Airbnb, grand méchant loup du secteur hôtelier
Quand Accor s'inspire d'Airbnb, grand méchant loup du secteur hôtelier © Accor Pullman

Même si les utilisateurs du site de location de logements entre particuliers Airbnb vont payer en France une taxe de séjour, comme l'a décidé le gouvernement début novembre, la start-up californienne est toujours perçue comme le grand méchant loup du secteur par les groupes hôteliers : elle capte une partie croissante de leur clientèle avec son service. Pour ne pas se laisser dévorer par ce nouveau venu, fondé en 2008, la chaîne d'hôtels française Accor s'inspire de ses méthodes.

"Sans avoir de marque, sans pourvoir donner à ses clients une garantie de standing du logement qu'ils vont louer, Airbnb arrive tout de même à les faire rêver, à leur donner envie d'utiliser son service", souligne Vivek Badrinath, nommé directeur général adjoint, en charge du marketing, du digital, de la distribution et des systèmes d’information chez Accor en mars 2014.

2 000 shootings photos en cours

Comment la jeune pousse réalise-t-elle ce petit miracle ? "Ses équipes mettent les bouchées doubles sur les tournages photographiques. Airbnb a affecté un gros budget pour faire des clichés avantageux des appartements proposés sur sa plate-forme en ligne", poursuit cet ancien de chez Orange. Les clients voient l'ensemble de l'espace de vie qui leur est proposé et ont (la plupart du temps) confiance. Accor a décidé de mettre, comme la start-up, le paquet sur le visuel : "2 000 shootings sont en cours, nous voulons donner accès sur notre site à plus de photos de nos chambres par exemple", détaille-t-il.

 

Découvrez ici notre dossier "Pour une dizaine de milliards de dollars : ces start-up qui valent leur pesant d'or"

 

Autre source d'inspiration pour la chaîne hôtelière : le communautaire. Les utilisateurs du service de location entre particuliers discutent, donnent leur avis sur les chambres qu'ils ont occupées. "C'est dans l'air du temps : le client a un besoin de partager plus." Lire des avis positifs ou négatifs sur un établissement influe de plus en plus sur son choix. Accor essaye de stimuler ces dynamiques communautaires et encourage les gestionnaires de ses 3 600 hôtels à prendre la parole pour répondre aux internautes sur les réseaux sociaux. Le groupe a diffusé en interne un petit mode d'emploi pour les guider.

Si Vivek Badrinath s'inspire des méthodes de la start-up, il relativise son poids dans le secteur du séjour marchand. "72% des logements proposés par Airbnb à New York sont illégaux selon le procureur de la ville. Ces appartements sont notamment sous-loués par les locataires sans l'accord des propriétaires", pointe-t-il. Il n'empêche : créée il y a tout juste 6 ans, la start-up a aujourd'hui une valorisation boursière plus élevée que celle d'Accor, premier groupe hôtelier d'Europe.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale