Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Quand l'automobile se connecte

Publi-Rédactionnel L'arrivée de l'Internet des objets oblige à repenser la conception de systèmes anciens. Elle pourrait même rebattre les cartes dans certains secteurs d'activité. Le cas de l'automobile en est un exemple: les fabricants doivent aujourd'hui intégrer de nombreuses innovations.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Quand l'automobile se connecte
Quand l'automobile se connecte

L'Internet des objets trouve des applications dans tous les secteurs d'activité, jusqu'à parfois les modifier en profondeur. Les acteurs historiques peuvent ainsi être confrontés à des évolutions qu'ils n'avaient pas anticipé. L'automobile en est un exemple. Une voiture est bien plus complexe qu'un moteur avec quatre roues: les fabricants y ont intégré de plus en plus d'électronique. Naturellement, cet écosystème doit aujourd'hui être capable de se connecter.

 

Se connecter à bord d'une voiture permet d'accéder à des contenus multimédias, ou des systèmes d'information. À cet effet, les écrans embarqués sont de plus en plus grands, et deviennent des surfaces intelligentes faisant partie intégrante du tableau de bord. L'électronique du véhicule peut gérer de plus en plus de paramètres: il est aujourd'hui possible d'analyser la température ou l'humidité, et de répondre automatiquement aux besoins de l'occupant en terme de ventilation ou de chauffage. Tout cela implique à la fois des compétences en terme de matériel et de logiciel.

« Les services connectés ont commencé vers la seconde moitié des années 2000, avec les systèmes de navigation et les services de téléphonie », rappelle  Jean-Luc Tete, président de Parrot Automotive. « À ce moment, chaque constructeur a mis au point son propre logiciel de navigation, et son propre service de connexion. » Mais aujourd'hui, les utilisateurs de smartphones et autres objets connectés se sont habitués à des systèmes plus ouverts: « Les constructeurs sont arrivés à leur limite », estime Jean-Luc Tete.

 

Ainsi, le grand public préfère de plus en plus utiliser des systèmes de navigation tels que Google Maps plutôt que ceux intégrés au véhicule. Dans ce contexte, Parrot Automotive fait le pari de concilier ces deux univers, les applications grand public et le secteur automobile. Cela passe par des innovations matérielles et logicielles: « Nous avons mis au point une nouvelle génération de processeurs, afin de donner accès à un secteur complètement ouvert, notamment via le système d'exploitation Android », précise Jean-Luc Tete.

 

Bien sûr, connecter un véhicule pose des problèmes spécifiques. « La qualité du signal n'est pas constante, et il est possible de traverser des zones sans réception », explique le président de Parrot Automotive. Pourtant, il faut assurer la continuité des services. Ainsi, lorsqu'une voiture perd le signal GPS dans un tunnel, le conducteur doit pouvoir garder son système de navigation. « Cela passe par un traitement de l'information spécifique, et d'une grande complexité », continue Jean-Luc Tete.
 

Tout cela fait évoluer de façon drastique l'architecture électronique des véhicules. En effet, l'électronique embarquée doit gérer des systèmes très différents: d'une part, les services et divertissements, et de l'autre la sécurité du véhicule. « Il faut être capable de gérer le compteur de vitesse quoi qu'il arrive », illustre Jean-Luc Tete. Pour répondre à ce besoin, spécifique au secteur automobile, Parrot a choisi d'intégrer des outils logiciels capables de compartimenter les différents systèmes. Ils garantissent au constructeur la préservation de ses données propres.


La sécurité des données liées au véhicule est une crainte des grands acteurs du secteur automobile. Cette question met en jeu le secret industriel. De plus, ces constructeurs ont investi des millions d'euros pour mettre au point leurs services, comme les systèmes de navigation. Il en découle parfois une réticence au changement, observe Jean-Luc Tete. « Les leaders traditionnels du secteur sont très précautionneux sur ces questions. Mais les constructeurs chinois, eux, n'ont pas cette réticence. Ils sont très ouverts aux innovations, et les intègrent rapidement. » En plus de représenter un défi technique, l'arrivée de l'Internet des objets dans les voitures bouscule donc le marché traditionnel.

 

Contenu proposé par Acsiel Alliance Electronique

 

En savoir plus :

Acsiel Alliance Electronique fédère 150 adhérents de la filière depuis les composants et systèmes jusqu’aux machines de production en passant par le test et mesure électroniques.

Du grand groupe à la pme, de la conception à la fabrication et à la distribution ces entreprises travaillent pour des secteurs de plus en plus divers en raison notamment du  développement de l’internet de objets et de besoins sociétaux auxquels les technologies électroniques apportent des solutions.