Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Quand les bons plans de Groupon tournent au mauvais plan... Amazon jette l'éponge

Amazon quitte sans cérémonie le marché décrépi du bon plan, où il n'a jamais été en mesure de détrôner le pionnier Groupon. Le géant du e-commerce fermera le 18 décembre 2015 sa plate-forme Amazon Local. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Quand les bons plans de Groupon tournent au mauvais plan... Amazon jette l'éponge
Quand les bons plans de Groupon tournent au mauvais plan... Amazon jette l'éponge © Amazon Local

Amazon veut concentrer sa force de frappe sur des services rentables, comme le cloud. Le 30 octobre, le géant du web a annoncé coup sur coup la fermeture de son service de paiement destiné aux petits commerçants, Local Register, et de Amazon Local, plate-forme de bons plans concurrente de Groupon.

 

Le 18 décembre 2015, le groupe cessera de proposer aux internautes malins des offres à prix cassés via son site et son application mobile, comme en atteste le message ci-dessous posté sur la plate-forme web. Amazon n'a jamais réussi à faire son trou face à Groupon, pionnier du secteur qui domine encore la place.

 

Le marché des bons plans sur Internet, qui suscitait il y a quelque temps encore l'enthousiasme des investisseurs, est en perte de vitesse. Quatre ans après sa fracassante introduction en Bourse, la valorisation de Groupon a été divisée par 7. Le leader du secteur, qui pesait 17 milliards de dollars en 2011, est aujourd'hui un poids plume du Nasdaq. Il n'est valorisé que 2,3 milliards de dollars.

 

1100 suppressions de postes chez Groupon

Le géant du bon plan est en pleine restructuration. Il a annoncé en septembre 2015 la suppression de 1100 postes (9% de ses effectifs) et l'abandon de sept marchés nationaux aux coûts de développement trop importants pour être supportés par l'entreprise : le Maroc, Taïwan, la Thaïlande, le Panama, les Philippines, Porto Rico, et l’Uruguay. Groupon avait déjà quitté la Turquie ainsi que la Grèce et avait revendu au fonds d'investissement Sequoia une partie de sa filiale indienne.

 

La star déchue du Nasdaq n'est pas la seule à racler les fonds de tiroirs pour faire des économies dans un secteur pas si profitable que cela : la plate-forme de bonnes affaires LivingSocial - partiellement détenue par Amazon - a annoncé mi-octobre le licenciement de 200 personnes, soit 20% de ses effectifs. Même le tout puissant Alphabet (ex-Google) a fermé sans tambour ni trompette sa plate-forme d'offres à prix cassés Google Offers en 2014. Quand le bateau coule, les rats quittent le navire…

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.