Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Quantique : Audacia prévoit de lancer un nouveau fonds d'investissement en 2022

La société de gestion Audacia, qui dirige un fonds d'investissement dédié aux technologies quantiques, a réussi son opération d'introduction en Bourse, qui lui permet de récupérer plus de 7 millions d'euros afin d'amorcer la création de nouveaux fonds.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Quantique : Audacia prévoit de lancer un nouveau fonds d'investissement en 2022
Audacia, la société de gestion de Charles Beigbeder (en photo), prévoit de lancer un nouveau fonds d'investissement dans les technologies quantiques en 2022. © Eugénie Martinez

Avis aux épargnants qui souhaiteraient investir – indirectement – dans l'informatique quantique. La société de gestion Audacia, fondée en 2006 par l'entrepreneur Charles Beigbeder, qui gère le seul fonds d'investissement mondial entièrement dédié aux technologies quantiques, vient de s'introduire en Bourse sur le compartiment Euronext Growth.

L'offre, sursouscrite, permet à l'entreprise de lever 7,4 millions d'euros auprès de 2600 nouveaux actionnaires, qui lui serviront entre autres à amorcer en fonds propres trois nouveaux fonds d'investissement dans les secteurs des technologies spatiales, de la bio-transition alimentaire, et du nucléaire de nouvelle génération.

Trois métiers
Audacia investit dans trois directions. Le capital développement (300 millions d'euros d'actifs sous gestion) centré sur les PME-ETI françaises non cotées constitue son métier historique. Depuis sa création, la société a investi dans 735 millions d'euros pour le compte de 15 000 investisseurs (institutionnels, fonds de fonds, family offices…), notamment dans Kusmi Tea, APC, Big Fernand, Sewan.

Puis, avec la suppression de l'impôt sur la fortune qui a entraîné celle du dispositif fiscal ISF-PME, elle a élargi son activité au capital risque en 2018 (60 millions d'euros d'actifs sous gestion d'ici fin 2021), avec le premier fonds early stage dédié au quantique, Quantonation. Ce dernier a financé 13 start-up aux États-Unis et en Europe (Pasqal, Qubit Pharmaceuticals, Quandela…), en partenariat avec des accélérateurs tels que Creative Destruction Lab et Deep Tech Founders.

Enfin, Audacia a ajouté l'immobilier à son arc en 2019, en se concentrant sur une tendance du marché, l'habitat partagé (30 millions d'euros d'actifs sous gestion fin 2021). Son objectif est d'atteindre au total, sur ses trois activités, un milliard d’euros d’actifs sous gestion en 2025.

Un second fonds pour le quantique en 2022
Le choix de créer un fonds dédié à l'informatique quantique a été déclenché en 2016 par l'appel de Thierry Breton à mobiliser l'Europe sur cette technologie. "Je suis passionné de physique et j'avais dès 2012 cherché à investir dans Muquans, sans succès. De plus, il n'existait aucun fond professionnel sur le domaine", nous raconte Charles Beigbeder. Le PDG d'Audacia s'est entouré de spécialistes, tels que Christophe Jurczak, directeur associé du fonds, diplômé de Normale Sup en physique quantique.

Audacia ambitionne de boucler dès 2022 un deuxième fonds, Quantonation 2, afin de réaliser des opérations non seulement en amorçage et en séries A, mais également B et C. Pour cela, il lui faut au moins 200 millions d'euros. "Si on veut suivre les Etats-Unis, il va falloir aller très vite et être très ambitieux", explique Charles Beigbeder. La société détient aujourd'hui 15% du capital de Pasqal, qui a levé 25 millions d'euros en juin dernier.  Elle espère récupérer sur ses opérations trois ou quatre fois la valeur de ses investissements.

Donner accès au private equity
En s'introduisant en Bourse, la société de gestion espère attirer les épargnants individuels, qui ont aujourd'hui peu de solutions pour investir dans le private equity, une classe d'actifs majoritairement réservée aux investisseurs institutionnels. Si cette classe d'actifs pénètre timidement les véhicules traditionnels comme l'assurance vie, aucun n'est en tout cas dédié à la deep tech. Audacia distribue bien un FCPR auprès du grand public, mais il investit dans les PME françaises.

"Il n'y a aucun moyen d'être exposé au quantique en tant qu'investisseur individuel en Europe", affirme Charles Beigbeder. Sur Quantonation, par exemple, le ticket minimum s'élève à 100 000 euros. Certes, devenir actionnaire d'Audacia, ce n'est pas devenir actionnaire de Quantonation, mais a l'avantage de la diversification. L'investissement dans les technologies de rupture est à haut risque.

L'investissement des épargnants dans le non coté pour financer l'économie française a actuellement le vent en poupe. La semaine dernière, le think-tank Institut Montaigne a proposé dans un rapport de créer un "livret innovation", défiscalisé à l'instar du livret A, qui serait destiné à investir dans des start-up innovantes en late stage.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.