Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Quatre filiales de Sage prennent leur liberté

Les dirigeants de quatre filiales de Sage ont décidé de racheter leur entreprise avec Argos Soditic. Le fonds d’investissement a misé 33 millions d’euros dans cette opération sans effet de levier.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Quatre filiales de Sage prennent leur liberté
Quatre filiales de Sage prennent leur liberté © Poolie - Flickr - C.C.

Quand Sage a décidé de recentrer ses activités d’éditeur de logiciel, quatre de ses filiales ne cadraient plus avec le groupe. Spécialisées par secteurs d’activité, alors que le groupe voulait développer des activités horizontales couvrant tous les secteurs, les quatre filiales devaient trouver une solution pour leur pérennité.

Les dirigeants décident alors de racheter leur entreprise, en faisant appel à un fonds d’investissement. Argos Soditic investit 33 millions d’euros pour prendre une part majoritaire dans chacune des filiales, aux côtés des équipes managériales.

L’opération en chiffres
Chiffre d’affaires : de 8 millions d’euros pour la plus petite à 18 millions d’euros pour la plus grande, 50 millions d’euros à elles quatre
Effectif : 600 personnes pour les quatre sociétés
Montant de la levée de fonds : 33 millions d’euros
Investisseurs : Argos Soditic et les managers des quatre sociétés
Secteurs d’activité : Edition de logiciels
Les quatre nouveaux éditeurs de logiciels sont spécialisés dans des marchés très différents. Salvia Développement vend des produits de gestion à des bailleurs sociaux. I’Car Systems travaille avec les réseaux de distribution et de réparation automobile. Akanea vise les entreprises de l’agroalimentaire, du transport, de la logistique et de la douane. Et Aytos, basée en Espagne, s’adresse aux collectivités locales espagnoles.

"Les quatre sociétés sont complètement indépendantes les unes des autres, chacune avec son équipe de direction et sa stratégie, confie Karel Kroupa, associé chez Argos Soditic. Nous avons réalisé quatre opérations de spin-off en simultané."

Des investissements à venir

Signe des temps, le MBO (Management buy-out, ou rachat par les managers) a été réalisé sans effet de levier. "L’objectif de l’opération est de permettre d’accélérer la croissance, justifie Karel Kroupa. Les sociétés doivent donc plutôt se concentrer sur les dépenses opérationnelles que sur le remboursement d’une dette."

Et les motifs d’investissement ne devraient pas manquer. Acquisitions d’entreprises, renforcement des équipes commerciales, développement de nouveaux produits…  chacune des quatre nouvelles sociétés a déjà repéré les opportunités de croissance. Ce qui n’a pas échappé au fonds d’investissement.

"Elles étaient dans un grand groupe où elles ne faisaient plus partie des activités stratégiques depuis plusieurs mois, remarque l’investisseur. Le spin-off est l’occasion de les réveiller."

Arnaud Dumas

L’argument convaincant :

Laissées en sommeil au sein du groupe Sage, où elles n’étaient pas considérées stratégiques, les quatre sociétés ont accumulé les projets de développement.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale