Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

AMI "French Tech Seed" : quatre nouveaux lauréats de la deep tech

Le 15 avril 2019 à Paris ont été annoncés quatre nouveaux lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour le fonds d’investissement "French Tech Seed" qui vise à soutenir des start-up de la deep tech.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

AMI French Tech Seed : quatre nouveaux lauréats de la deep tech
AMI "French Tech Seed" : quatre nouveaux lauréats de la deep tech © French Tech Montpellier

Le 15 avril 2019 à Paris, Bruno Le Maire, Frédérique Vidal, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, et Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement, ont annoncé quatre nouveaux lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) "French Tech Seed".

 

Ces organismes sont :

 

  • French Tech Seed Bretagne, un consortium dont le chef de file est la SATT Ouest Valorisation associant 7 Technopoles Bretagne, la Fédération des sept technopoles bretonnes.
  • French Tech Seed AST ADI Aquitaine Technopoles, un consortium dont le chef de file est la SATT Aquitaine Science Transfert associant l’Agence de développement et d’innovation Nouvelle-Aquitaine et le réseau Aquitaine Technopoles (Agropole, Hélioparc, Technopole Pays Basque, Bordeaux Technowest et Unitec).
  • Starbust Accelerator.
  • French Tech Seed Pays de la Loire, un consortium dont le chef de file est Atlanpole associant la SATT Ouest Valorisation, Angers Technopole, Le Mans Innovation et Laval Mayenne Technopole.

 

Une première vague de 18 lauréats

Le fonds d’investissement "French Tech Seed", doté de 400 M€, avait été annoncé le 21 juin 2018, par le Premier ministre, Edouard Philippe, et lancé le 18 juillet 2018 par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Ce fonds a pour vocation de soutenir les start-up technologiques en phase de post-maturation, particulièrement des start-up de la deep tech, de moins de 3 ans, spécialisées dans l'innovation de rupture.

 

De nombreux organismes en charge de l’incubation, de la valorisation du transfert de technologies et de la création d’entreprises se sont déjà mobilisés, une première vague de 18 lauréats ayant été annoncée en janvier dernier. Différents critères ont permis de les sélectionner, tels que leur potentiel à proposer des projets de création d’entreprise innovante et technologique, la garantie du caractère innovant des projets, la garantie d’un suivi et d’un accompagnement de l’entreprise dans ses dimensions stratégique, de développement commercial et de financement, ainsi que la capacité à mobiliser l’écosystème de financements privés.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media