Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Quel futur pour HTC après le rachat par Google de 70% de sa R&D pour 1,1 milliard de dollars ?

Analyse Conséquence d'années de déclin sur le marché des smartphones, HTC vient de revendre la majeure partie de sa R&D et de ses équipes d'ingénierie à Google, le tout pour 1,1 milliard de dollars. Un rachat partiel loin d'être idéal pour le constructeur taïwanais, dont le positionnement sur le marché de la réalité virtuelle ne portera pas ses fruits avant plusieurs années. Un pari difficile à tenir.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Quel futur pour HTC après le rachat par Google de 70% de sa R&D pour 1,1 milliard de dollars ?
Quel futur pour HTC après le rachat par Google de 70% de sa R&D pour 1,1 milliard de dollars ? © Google

Google et HTC ont annoncé ce 21 septembre 2017 avoir trouvé un accord pour le rachat par le premier d'une partie des équipes du constructeur taïwanais en charge de la conception et de l'ingénierie des smartphones. Cette acquisition partielle coûtera 1,1 milliard de dollars à Google.

 

Cet accord se place dans la lignée de la collaboration entre HTC et Google au fil des ans. HTC fut le premier constructeur à produire un smartphone utilisant Android (le HTC Dream, en 2008). Il a également fabriqué le Nexus One pour Google en 2010, la tablette Nexus 9 en 2014 et le Google Pixel en 2016. Les équipes qui rejoindront Google sont celles qui travaillaient déjà en étroite collaboration avec l'entreprise sur la gamme Pixel.

 

Volonté d'expansion pour Google, mesure d'urgence pour HTC

Surtout, ce rachat représente une bouffée d'oxygène pour un HTC exsangue et à court d'options sur un marché des smartphones très difficile où il ne pèse plus qu'à peine 0,5% de part de marché. Cependant, ce répit sera de courte durée d'après Annette Zimmermann, Research VP chez Gartner. "HTC va avoir un peu plus de liquidités à disposition lors des prochains trimestres, mais ça ne correspond pas à une stratégie à long terme. Au final, ils cèdent une grande partie de leur R&D à la Silicon Valley, et cela leur portera forcément préjudice au bout du compte. C'est une mesure d'urgence pour eux."

 

Le cabinet d'analyse TrendForce annonce que 70% de la R&D et des capacités technologiques de HTC seront transférées à Google. Environ 2000 personnes sont concernées, soit un cinquième des effectifs de l'entreprise.

 

Pour Google, cela confirme sa volonté de s'imposer comme une marque de référence face à Apple et Samsung. "Leurs partenaires – comme Samsung, Huawei et LG – seront sûrement mécontents, mais où peuvent-ils aller ? Ils n'ont pas d'autre choix," reprend Annette Zimmermann. Une redite en quelque sorte de l'affaire Motorola (que Google avait racheté 12,5 milliards de dollars en 2012 et revendu 2,91 milliards en 2014, tout en conservant les précieux brevets de la marque), mais guidée par une stratégie beaucoup plus pointue... et moins coûteuse.

 

HTC sortira au moins encore un smartphone... Peut-être le dernier

Dans son communiqué de presse, HTC annonce qu'il continuera à produire des smartphones mais avec un portfolio plus restreint. Il ne pourrait s'agir que d'une étape intermédiaire de courte durée avant un arrêt total de l'activité. "Au point où nous en sommes, je ne vois pas d'issue pour l'entreprise sur ce marché. Il aurait été préférable pour elle que Google rachète une plus grande partie de ses activités", analyse Annette Zimmermann.

 

HTC devrait donc commercialiser le ou les appareils qui étaient déjà en cours de production tout en rassurant ses distributeurs et partenaires à travers le monde, afin qu'ils continuent à vendre les smartphones en stock. Mais une sortie totale du marché risque d'avoir lieu d'ici 12 à 18 mois. TrendForce ne prévoit d'ailleurs qu'un million de smartphones HTC vendus sur toute l'année 2018 (contre 3,5 millions vendus en 2017 à date). Un chiffre insignifiant.

 

la réalité virtuelle, un marché pas encore viable

Nombre d'observateurs imaginaient un rachat de la division Vive du constructeur, dédiée à la réalité virtuelle. Google s'intéresse en effet beaucoup au secteur (notamment avec les rachats de plusieurs studios de développement, le dernier en date étant Owlchemy Labs) et HTC conçoit l'un des casques autonomes annoncés par le géant américain lors de sa conférence I/O 2017. Mais elle ne fait pas partie du deal. Or, si se lancer très tôt sur le marché VR a permis à HTC de redorer son blason et de créer une marque possédant une vraie valeur, celle-ci pourrait vite s'évaporer.

 

HTC a connu un beau succès avec son casque Vive en 2016, s'imposant comme le leader du marché face aux divers retards et difficultés de l'Oculus Rift. Mais la tendance semble s'être inversée ces derniers mois. Surtout, le marché de la réalité virtuelle reste très jeune et ne sera pas profitable aux constructeurs de casques avant 2021 ou 2022 d'après les estimations de Gartner. "Il reste beaucoup de chemin à faire et il sera très difficile pour HTC de réussir à long terme dans ce marché," affirme Annette Zimmermann. Il faut dire que le nombre de casques disponibles s'apprête à exploser avec l'arrivée de Dell, HP, Lenovo, Asus, Acer et LG.

 

HTC pourrait malheureusement revivre ce qu'il a connu dans les smartphones : un succès les premières années avant de voir ses parts de marché rongées par ses compétiteurs aux moyens plus importants. Une future alliance avec Google (voire un rachat) n'est pas impossible, mais plus le temps passe, moins elle risque d'être attractive. D'autant qu'elle pourrait froisser l'autre partenaire clé de HTC dans la réalité virtuelle : Valve, qui est à l'origine de la technologie derrière le casque Vive.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale