Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Quelles chances pour Viv, l'assistant personnel capable de se programmer tout seul ?

mis à jour le 11 mai 2016 à 18H18
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vidéo Analyse Le co-créateur de Siri revient avec Viv, un assistant personnel de nouvelle génération. S'il surpasse aisément son ancêtre, ce nouveau service risque cependant d'avoir bien du mal à tenir tête à ses concurrents, qui se nomment Amazon, Facebook, Microsoft ou Google. Il doit tout miser sur sa botte secrète, une nouvelle technologie qui permettrait au logiciel de se développer lui-même.

Quelles chances pour Viv, l'assistant personnel capable de se programmer tout seul ?
Quelles chances pour Viv, l'assistant personnel capable de se programmer tout seul ? © Viv

Dag Kittlaus était présent le 9 mai à la conférence TechCrunch Disrupt de New York pour dévoiler l'application Viv, créée par la start-up éponyme dont il est le cofondateur et CEO. Viv est un assistant digital personnel du même acabit que Google Now ou Microsoft Cortana.

 

Si cette présentation était particulièrement attendue, c'est parce que Dag Kittlaus était aussi cofondateur et CEO de la start-up Siri avant son rachat par Apple en 2010. Ce rachat et l'intégration du logiciel au cœur d'iOS ont été les déclencheurs de la course aux assistants que se livrent désormais les géants technologiques, et qui annonce une ère post-moteurs de recherche.

 

Aller au-delà des apps

Avec Viv, que la start-up développe discrètement depuis 4 ans, Dag Kittlaus et ses équipes n'ambitionnent rien de moins que de battre ces grandes entreprises à leur propre jeu. Et ils sont pris au sérieux. D'après le Wall Street Journal, Viv aurait refusé des offres de rachats de Facebook et Google au cours de l'année passée.

 

Pour terrasser la concurrence, Viv met en avant quatre grands principes : n'avoir qu'un seul assistant comme interface, être personnalisé en fonction de l'utilisateur, être présent sur de nombreux types d'objets et être compatible avec de nombreux services fournis par des tiers. Sur scène, les démonstrations incluaient des requêtes complexes comme "A-t-il plu à Seattle il y a trois jeudi ?" ou "fera-t-il plus chaud que 21° près du Golden Gate Bridge après 17h le jour d'après demain". Dag Kittlaus a également mis en avant l'intégration avec divers services. La reconnaissance vocale de Viv était fournie par Nuance (grand spécialiste en la matière), un transfert d'argent a été effectué avec Venmo, un transport a été commandé avec Uber... Le tout simplement en parlant à Viv. "Plus besoin d'apps", a conclu Dag Kittlaus sur scène.

 

A lire aussi : L'émergence des bots ou le début de la fin des applis (telles qu'on les connait)

 

Microsoft, Amazon et Facebook n'ont pas attendu Viv

Le problème, c'est qu'au-delà d'un traitement du langage naturel plutôt impressionnant, rien de tout cela n'est vraiment nouveau ni unique. Il est possible depuis des mois d'appeler Uber et autres services directement depuis Cortana, et tous les grands acteurs du secteur ou presque suivent les préceptes cités par Dag Kittlaus.

 

Avec son Bot Framework, annoncé à la conférence Build 2016, Microsoft a explicitement émis le souhait d'intégrer le plus de services tiers possibles dans Cortana, qui est par ailleurs disponible sur toutes les plates-formes du marché et le sera bientôt aussi dans Skype, Office 365 et qui sait quelles autres applications. De plus, l'éditeur propose aux développeurs non seulement de créer et d'intégrer ces services de bots, mais aussi de les héberger sur sa plate-forme cloud, appréciée pour ses fonctionnalités très poussées.

 

Facebook n'est pas en reste, et si son offre est moins complète et moins aboutie que celle de Microsoft pour le moment, elle bénéficie de l'énorme base utilisateurs du réseau social, dont les services de chat sont plus populaires que jamais. Un atout certain pour attirer un maximum de développeurs, et que ne présente pas Viv.

 

Quant à l'objectif de la start-up d'intégrer son service à des objets connectés, il va positionner Viv frontalement face à Amazon et son assistant Alexa, qu'il serait mal avisé de sous-estimer... Au final, le seul concurrent que Viv domine réellement de toute sa hauteur, c'est Siri. Mais Siri, malgré qu'il ait lancé le mouvement, n'est aujourd'hui plus une référence.

 

 

Un assistant personnel... qui se programme lui-même ?

Fait notable, Viv dispose d'un Developer Center qui décompose la façon dont il interprète les requêtes et décide comment y répondre. Mais le plus impressionnant, et ce qui s'avère au final être la vraie innovation derrière Viv, c'est sa technologie brevetée de "Dynamic Program Generation" qui lui permet de créer du code automatiquement en fonction des besoins. Viv est donc un logiciel qui s'écrit lui-même à partir des requêtes qu'il reçoit, et qui est capable de faire le lien et de mettre en relation différentes idées et concepts sans intervention de ses programmeurs.

 

D'après Dag Kittlaus, cela permet une croissance de la plate-forme à une échelle bien plus importante que les solutions concurrentes, dont chaque évolution nécessite une planification et un travail humain fastidieux. En somme, c'est une forme de machine learning (apprentissage automatique) appliquée à un ensemble de composants d'intelligence artificielle. Si le procédé tient ses promesses, Viv aura une chance de s'imposer... A condition bien sûr que la start-up ne succombe pas finalement à une offre d'acquisition, et que les centaines de scientifiques qui travaillent pour chacun de ses concurrents ne mettent au point une technique similaire...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale