Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Quelqu'un peut me dire où est passée ma bonne étoile ?

Ex-directeur commercial de relaxnews et de My Little Paris, Thomas Barret a décidé en 2015 de créer son entreprise. Ambition : ré-enchanter nos matins, avec sa gamme d’accessoires siglés The Morning Company. Chose peu commune, il choisit dès le début de son aventure de tenir un carnet de bord, afin de partager ses premiers pas et ses péripéties d’entrepreneur. L’Usine Digitale publie, chaque semaine, ses récits.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Quelqu'un peut me dire où est passée ma bonne étoile ?
Quelqu'un peut me dire où est passée ma bonne étoile ? © The morning challenge

Voilà l’email que j’ai reçu ce matin.

 

A 7h56. Autant dire avant mon 1er café.

 

Objet : Problème quillons bois

"Je viens de me rendre compte qu’il y a un problème avec les quillons en ébène pour les manches de rasoir : ils ne font que 100 mm de long au lieu de 110 mm. […] Je ne peux pas les utiliser."

 

Très bien. Parfait. Nickel. Pas de souci. À quelques jours de livrer mes premiers clients et de participer à mon premier salon, l’une des pièces de mon rasoir fait la mauvaise taille. Trop drôle. Même pas mal.

 

Mais le pire, dans cette histoire, ce n’est pas forcément le problème. C’est ce que ça révèle. Là, ça révèle que ma bonne étoile est en grève. Ou en balade. Et si ça se sait, je risque fort de voir d’autres problèmes en profiter. La question est : est-ce que ça se sait ?

 

Il ne m’aura fallu que 2 heures avant d’avoir la réponse. 2 petites heures.

 

un emmerde peut en cacher un autre

 

A 10h, j’apprenais que "malheureusement, à cause d’une erreur dans le décompte des stocks, l’une des pièces de la brosse à dents n’est pas partie pour l’assemblage comme prévu."

 

Bon, là, c’est officiel. Ma bonne étoile s’est barrée. Et l’adage selon lequel "un emmerde peut en cacher un autre" me frappe tel un train lancé à pleine vitesse.

 

Je lance donc un avis de recherche.

 

WANTED : Bonne étoile. REWARD : 5000$*

 

Parce qu’il faut admettre que quel que soit son niveau de préparation, de minutie et d’organisation, un entrepreneur a besoin d’une bonne étoile. D’un peu de chance. D’un soupçon de providence. De signes qui montrent que les éléments sont, parfois, avec lui. Même si cela ne le dédouane en rien de sa totale responsabilité dans le succès… ou l’échec.

Et il se trouve que dans les 10 jours qui viennent, je vais en avoir besoin, de ce soutien intangible et providentiel. De cette chance.

Or, la chance, il parait que ça se mérite. Va donc falloir que je la mérite. Et vite.

 

Le reste de ma semaine en quelques chiffres :

2400 euros de dépenses non prévues en production déjà déboursés.

1 passage à la TV, en direct, sur BFM Business hier : yeah !

17 livres The Morning Challenge envoyés cette semaine.

143 kg de packaging reçus et stockés… dans mon salon.

 

Thomas Barret, néo-entrepreneur

Ce billet a également été publié sur le blog de l’auteur : The Morning Challenge

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media