Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Qui est Detect, cette start-up spécialisée dans les autotests PCR à domicile ?

Vu ailleurs Hugo Barra, qui a occupé plusieurs postes clés au sein de Google et Meta, prend la tête de la start-up américaine Detect. Elle vient de lancer la commercialisation de son autotest PCR à domicile pour détecter le Covid-19 en une heure, contre plusieurs heures pour un test classique. Au-delà des particuliers, elle espère conquérir les écoles, les hôpitaux et les entreprises.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Qui est Detect, cette start-up spécialisée dans les autotests PCR à domicile ?
Qui est Detect, cette start-up spécialisée dans les autotests PCR à domicile ? © Detect

Diagnostiquer une infection au Covid-19 rapidement, facilement et avec une réelle fiabilité. Voici le pari de la start-up américaine Detect dont le poste de CEO vient d'être confié à Hugo Barra, révèle Bloomberg dans un article publié le 15 décembre 2021. Cet informaticien brésilien a quitté en mai dernier Meta (ex-Facebook), entreprise dans laquelle il était en charge du développement d'un écosystème global de partenaires AR/VR. Il fut également VP of VR au sein de Meta après avoir été vice-président chez Xiaomi et responsable du développement d'Android au sein de Google

le marché lucratif du diagnostic à domicile
Hugo Barra voit donc dans le diagnostic à domicile un nouveau marché dans lequel il convient d'investir massivement. Detect commercialise aux Etats-Unis depuis le 15 décembre un kit de test PCR à domicile disponible sans ordonnance. Le but est d'offrir une méthode de diagnostic rapide mais plus précise que les tests antigéniques. Pour rappel, le test PCR recherche la présence de l'ARN du virus et nécessite traditionnellement une analyse par un laboratoire de biologie médicale. Le test antigénique, réalisable en pharmacie avec une réponse en quelques minutes, recherche les antigènes présents à la surface du virus et est moins fiable. 

Detect, basée dans la ville de Guilford dans le Connecticut, commercialise son kit d'autodétection à 75 dollars. Son fonctionnement est simple : la personne fait un prélèvement nasopharyngé grâce un écouvillon, qu'il faut ensuite placer dans un tube contenant le réactif puis l'insérer dans le "Detect Hub" (image ci-dessous) pendant 55 minutes avant de connaître le résultat de l'analyse. Cette machine est le coeur de la technologie de Detect. Il s'agit d'une sorte de thermocycleur miniature, machine qui permet d'amplifier les acides nucléiques. 
 


En comparaison d'un test PCR analysé en laboratoire sur 112 sujets, la solution de la start-up a correctement détecté le Covid-19 dans 91% des cas et a proposé un résultat négatif dans près de 98% des cas. Les 2% restants des tests négatifs affichaient des résultats corrects mais qui "ont été mal interprétés par l'utilisateur", d'après la pépite.

Detect a également développé une application mobile. Elle propose un guide détaillé d'utilisation du test ainsi qu'un moyen de stockage des précédents résultats.

Une autorisation d'urgence par la FDA
Le test a reçu l'approbation de la Food and Drug Administration (FDA), l'agence américaine en charge de réguler les denrées alimentaires, les médicaments et les dispositifs médicaux, dans le cadre de la procédure "Emergency Use Authorization" (EUA). Cette autorisation d'utilisation d'urgence permet à un dispositif d'être rapidement mis sur le marché lorsqu'il répond à un besoin de santé publique. A noter que ce n'est pas la première fois qu'un autotest PCR est autorisé par l'autorité américaine. Detect a donc des concurrents, à l'image des entreprises californiennes Cue Health et Lucira Health.  

Detect espère rapidement devenir le fournisseur phare de tests PCR à domicile aux Etats-Unis. Des centaines de milliers de tests doivent être disponibles dans les premiers mois après le lancement, avec une capacité de production mensuelle de plusieurs millions de tests, a précisé Hugo Barra à Bloomberg. Au-delà des particuliers, Detect souhaite également s'adresser aux établissements scolaires, aux structures médicales et aux entreprises. 

Un soutien de 8,1 millions par les NIH
Cette jeune pousse a déjà levé 110 millions de dollars et a reçu 8,1 millions de dollars des National Institutes of Health (NIH), des institutions gouvernementales des États-Unis qui s'occupent de la recherche médicale et biomédicale, dans le cadre de son programme d'accélération rapide des diagnostics. Ces fonds sont destinés au déploiement de la solution mais également à adapter le kit à d'autres maladies respiratoires. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.