Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Qui est Munic, la société française qui souhaite valoriser les données des véhicules connectés ?

Munic, qui commercialise des boîtiers intelligents et une plate-forme cloud permettant de collecter et traiter de nombreuses données issues des véhicules, réalise son introduction en Bourse. Munic prévoit courant 2020 de plus uniquement commercialiser ces smart dongles mais aussi les données que la société collectera elle-même.
mis à jour le 23 janvier 2020 à 11H58
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Qui est Munic, la société française qui souhaite valoriser les données des véhicules connectés ?
Henri Gravereaux (à gauche) et le fondateur et PDG de Munic Aaron Solomon (à droite). © Léna Corot

Munic, société fondée en 2012, lance son introduction en bourse sur le marché Euronext Growth Paris mercredi 22 janvier 2020 jusqu'au 4 février. La fourchette indicative de prix se situe entre 6,76 et 9,14 euros par actions. Le spécialiste des boîtiers intelligents pour valoriser les données des véhicules connectés pourrait donc lever 16 millions d'euros en milieu de fourchette et être valorisé à 42 millions d'euros.

 

Un boitier intelligent et une plate-forme cloud

"Un véhicule moderne génère plus de 4Go de données par jour […] et le logiciel embarqué dans le véhicule contient 10 fois plus de lignes de codes que dans un avion de ligne récent", déclare Aaron Solomon, fondateur et PDG de Munic. Devant ce "gisement inexploité voir même inaccessible", Munic a décidé de développer son propre boîtier intelligent, ou smart dongles, ainsi qu'une plate-forme edge computing, qui permettent de déchiffrer, analyser et monétiser ces données.

 

Ce qui distingue Munic d'autres sociétés, ce sont ses algorithmes d'intelligence artificielle permettant de décoder et d'interpréter les données. Le boîtier développé par Munic, qui se branche sur la prise OBD, est doté d'un GPS, d'un algorithme d'intelligence artificielle et d'un moyen de communication cellulaire permettant de transmettre les données vers la plate-forme cloud qui est elle aussi dotée de technologies d'intelligence artificielle.

 

Une plate-forme pour analyser et stocker les données

Munic a la "capacité de décoder les données des véhicules de manière universelle : la solution reconnaît le véhicule, identifie les options, détermine les calculateurs embarqués et les données disponibles afin de les capter", explique Aaron Solomon. La technologie d'edge computing, n'est pas nécessaire pour récolter les données de télématiques (de gestion du véhicule et de mouvements) mais elle est essentielle pour traiter les autres données produites par le véhicule qui peuvent être classées en trois catégories.

 

Les données brutes qui doivent être décodées comme la température de l'huile ; les données qui doivent être décodées et complétées par d'autres informations comme le niveau de carburant (le capteur prend une mesure linéaire alors que les réservoirs sont tordus, il faut donc corriger la mesure obtenue en fonction de la forme des réservoirs) ; les données qui ne sont pas produites par le véhicule mais peuvent être déduites comme l'usure des pneus et le nombre de kilomètres pouvant encore être parcourus avec.

 

Quels cas d'usages ?

L'ensemble des données collectées par Munic sont regroupées sur une plate-forme et peuvent être utilisées pour différents cas d'usage. Par exemple, l'assureur américain Metromile équipe ses clients des dongles de Munic afin de proposer des assurances selon le nombre de kilomètres parcourus. L'assureur, qui a déjà près de 200 000 boîtiers, devrait voir sa croissance accélérer et augmenter ses commandes auprès de Munic.

 

Michelin, qui cherche à diversifier son business model, souhaite proposer un service de location de pneus. Le fabriquant, qui a testé différentes solutions, devrait utiliser le smart dongle de Munic pour déployer son offre. Autre exemple : Munic vient de remporter un important contrat avec le service de télécoms américain T-Mobile qui propose une fonction de hotspot WiFi à ses clients. Munic se targue d'avoir été choisi pour remplacer l'ancien fournisseur de T-Mobile. Un marché avec un volume d'affaires significatif pour l'entreprise, qui devrait produire plus de 100 000 boîtiers par an, et 9 millions d'euros de chiffre d'affaires.

 

Un nouveau modèle commercial avec Ekko

Conscient que le coût du boîtier peut freiner certains clients, Munic a décidé de diversifier son portefeuille de produits. En plus de la commercialisation du dongle que ses clients doivent rentabiliser en vendant leur propre service, Munic développe une plate-forme d'accès aux données véhicule baptisée Ekko. L'entreprise va commercialiser l'accès à ces données sous la forme d'un abonnement annuel par véhicule.

 

Dans un premier temps, Munic va "mettre en production 20 000 boîtiers par mois et les expédier chez des réseaux de distribution ou d'entretien partenaires qui pourront les proposer aux particuliers", explique Aaron Solomon. Pour que les particuliers acceptent l'installation du boîtier intelligent, Munic leur propose une application leur fournissant des données sur leur véhicule. Application utilisable en échange de l'acceptation du partage de leurs données.

 

Ekko sera lancé dans le courant de l'année en France, en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg. Munic souhaite booster son chiffre d'affaires avec ce nouveau modèle commercial. L'entreprise espère réaliser "25 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2023" avec cette plate-forme dont "la rentabilité est très élevée", affirme Aaron Solomon.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media