Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Qwant Pay, l’anti-Google Pay, en service dès la rentrée 2018

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Après Apple Pay, Google Pay, Samsung Pay… C’est autour de Qwant de lancer son service de paiement. Le principe de Qwant Pay : garantir la sécurité et l’anonymisation des transactions, conformément au positionnement de l’entreprise qui a fait du respect de la vie privée sa marque de fabrique.  

Qwant Pay, l’anti-Google Pay, en service dès la rentrée 2018
Qwant Pay, l’anti-Google Pay, en service dès la rentrée 2018 © Qwant

C’est au tour de Qwant de lancer son service de paiement. Le moteur de recherche français qui respecte la vie privée annonce l’arrivée de Qwant Pay pour septembre-octobre 2018.  "Google Pay (qui prépare son arrivée en France, ndlr) est sûrement un très bon service de paiement, avec une particularité : ils savent ce que vous faites de votre argent", ironise Eric Léandri, CEO et co-fondateur de Qwant. Et c’est bien là que Qwant compte faire la différence.
 

Qwant Pay, un service sécurisé et anonyme

"Sur Qwant Pay, les paiements sont sécurisés, bien sûr, mais ils anonymisés. Comme tout le reste chez Qwant, c’est un service dans lequel vous avez le droit à la vie privée sur votre moyen de paiement", précise Eric Léandri.

Côté fonctionnalité, rien de très novateur. Comme les solutions existantes, le service permet  de stocker ses cartes de fidélité, de membres, ses tickets, de payer online et offline. Il suffit de télécharger l’application, d’entrer les informations de sa carte bancaire et de payer ensuite en magasin via NFC ou online via son compte Qwant Pay.

"Les informations de la carte bancaire sont chiffrées sur le téléphone. Rien ne remonte dans un cloud, précise Eric Léandri. Nous allons proposer un système de paiement complet, qui a tout mais toutes les cartes de paiement et de fidélité seront protégées. Les données ne seront pas utilisées et il n’y aura aucun lien avec les achats."


Une joint-venture avec Toro

Pour déployer ce service, Qwant a monté une joint-venture avec la plateforme espagnole Toro. "Ils ont développé un wallet très sécurisé avec la communauté européenne pendant 4 ans, explique Eric Léandri. Sur cette base, il a fallu passer à l’échelle, puis le 'brander' et réfléchir pour qu’il soit grand public." Entre 1,5 et 2 millions d’euros ont été investis pour déployer le service.

Les premiers tests de Qwant Pay ont démarré en Corse en partenariat avec Icare la semaine du 4 juin 2018, avec le Crédit Agricole. Munis d’une bague connectée Icare, YouTubers et influenceurs ont ainsi testé le produit le temps d’un week-end pour louer une voiture et effectuer leurs achats en magasin. "Les premiers résultats sont positifs", assure Eric Léandri.  Une deuxième phase d’expérimentation est prévue fin juin.
 

Prochaine étape : la connexion avec les banques

"Le produit est prêt techniquement. Nous avons maintenant besoin de la connexion avec les banques", annonce Eric Léandri. Et d’ajouter : "Nous aurions pu directement nous brancher à Visa ou Mastercard, mais nous avons préféré travailler directement avec les banques. (…). "Nous sommes en négociations avec un grand groupe bancaire".

Si le service est gratuit pour l’utilisateur. La banque, de son coté, devra reverser à Qwant 1€ par an et par utilisateur. "Si on a 3 millions d’utilisateurs (soit 5% des utilisateurs de Qwant, ndlr), on sera déjà très profitable", ambitionne Eric Léandri.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale