Rachat de SFR : l'offre de Numericable expirera vendredi 14 mars

La holding Altice, maison mère du câblo-opérateur Numericable opposé à Bouygues pour le rachat de SFR, a fixé à vendredi prochain, le 14 mars, la date limite pour son offre de rachat. Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a de son côté estimé, ce mardi 11 mars, sur RTL que la baisse des prix de la téléphonie mobile, chiffrée à 30% en deux ans, constituait un "acquis irréversible", qui ne serait donc pas remis en cause en cas de retour à trois opérateurs.

Partager
Rachat de SFR : l'offre de Numericable expirera vendredi 14 mars

La holding Altice, maison mère du câblo-opérateur Numericable, a fixé une date limite à vendredi prochain, le 14 mars, pour son offre de rachat de SFR, la filiale télécoms du groupe Vivendi également convoitée par Bouygues. Les dirigeants d'Altice se disent "convaincus qu'elle est la plus attractive" pour Vivendi et pour le secteur français des télécommunications.

Altice confirme avoir proposé une offre entièrement financée en numéraire et en actions, qui la verrait payer à Vivendi un montant total de 10,9 milliards d'euros, assorti de 32% du capital de ce que serait un nouvel ensemble Numericable-SFR. Le groupe Bouygues, désireux de marier SFR à sa filiale Bouygues Telecom, a de son côté mise sur la table 10,5 milliards d'euros et 46% du capital du tandem à Vivendi.

Favori du marché, Bouygues s'est aussi assuré le soutien d'Arnaud Montebourg en s'engageant à préserver l'emploi en cas de succès.

La baisse des prix, "un acquis irréversible"

Alors que pour les associations de consommateurs le retour à trois opérateurs pourrait entraîner une hausse des prix des forfaits, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, favorable à ce scénario, a assuré ce mardi que ce ne serait pas le cas.

"Le moment est venu d'organiser la renaissance du secteur des télécoms. Je ne crois pas que ça se fera au détriment des consommateurs. Les prix ont baissé de 30%, c'est un acquis irréversible", a déclaré Arnaud Montebourg sur RTL.

Selon lui, "le fait que, dans cette opération, Free sorte renforcé, continue à être le trublion - dont l'identité est quand même de faire baisser les prix et de servir les consommateurs et d'éviter les rentes - est pour nous une garantie d'une concurrence saine et loyale".

Gagner en rentabilité pour financer l'installation de la fibre

Et "ça va nous permettre de 'fibrer' (installer des câbles en fibres optiques) la France", a relevé le ministre. "On ne veut pas lever des impôts pour financer ça, on va demander aux opérateurs de financer ces investissements sur la base d'une rentabilité de très long terme".

"Vivendi va choisir qui il veut" mais "nous avons une préférence d'intérêt général qui est de dire que la consolidation, qui a commencé dans tous les pays européens, est nécessaire", a précisé Arnaud Montebourg.

Julien Bonnet

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS